Budget provincial : les organismes régionaux déçus

72
0
Partagez :

Le loyer moyen pour un appartement comptant deux chambres s’élève à 775$ à Saguenay selon le rapport de la SCHL en 2023. 

« C’est nettement insuffisant. » La coordonnatrice de Loge m’entraide, Sonia Côté, joint sa voix à celle de plusieurs organismes de la région qui dénoncent les lacunes du budget du gouvernement provincial déposé hier.

Cet organisme régional vient en aide aux locataires à faibles revenus. « On est en pleine crise du logement. Alors je pense qu’il fallait un coup de barre et ça n’a pas été fait », s’insurge la coordonnatrice de Loge m’entraide, Sonia Côté. Elle dénonce le manque de subventions pour aider les organismes comme le sien. Loge m’entraide a un projet pour la création de logements abordables. Une subvention a été donnée par le gouvernement du Québec, mais elle est jugée trop faible par l’organisme. « Il nous manque encore plusieurs centaines de milliers de dollars pour arriver à ficeler le montage financier », précise Mme Côté. Une rencontre est prévue entre le député de Jonquière, Yannick Gagnon, et Loge m’entraide pour discuter de la problématique ainsi que d’autres enjeux connexes.

Dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Saguenay, le taux d’inoccupation de logements est de 1,3%, ce qui avait été jugé alarmant à la sortie de ces données en janvier 2024. Cette donnée fournie par la Société canadienne d’hypothèques et de logement inquiétait déjà sur les manques de loyers disponibles et selon Mme Côté, la situation ne s’améliorera pas. « Au niveau du logement social, on a répété ce qui a été donné lors de la mise à jour économique en novembre dernier. C’est-à-dire 8000 logements sociaux et abordables ajoutés pour l’ensemble du Québec. Ça ne répond évidemment pas à tous les besoins urgents », explique-t-elle.

Les cégeps de régions touchés

Certaines failles du budget sont également dénoncées par la Fédération des cégeps. Un total de 420 millions de dollars sur cinq ans sont alloués par le gouvernement provincial aux universités et au secteur des études supérieures pour favoriser la réussite et la rétention des étudiants. Le problème, selon eux, est que ces dépenses couvrent uniquement les coûts du système et les augmentations salariales causées par les dernières négociations. « C’est nettement insuffisant pour assurer le vrai maintien et le développement du réseau des cégeps. Particulièrement pour les cégeps en région, on a des réalités qui sont différentes. On a des besoins de recrutement de main-d’œuvre. On a des infrastructures qui sont vieillissantes. On a besoin de nouveaux logements pour nos étudiants. On a des coûts additionnels pour le déplacement de nos équipes sportives », déclare le directeur général du Cégep de Jonquière et président du Regroupement des cégeps de régions, Sylvain Gaudreault.

Un total de 7,5 millions de dollars est attribué sur cinq ans à l’optimisation du nombre de logements étudiants et au maintien du parc immobilier. « C’est pas assez, c’est clair », affirme M. Gaudreault. C’est une situation qui est problématique, selon lui et qui pourrait empêcher certains cégeps de régions d’accueillir et d’attirer des étudiants internationaux sur leur campus.

 

 

Partagez :