Un bilan de parcours émotif pour Julie Dufour

283
0
Partagez :

Deux ans jour pour jour après avoir été élue mairesse de Saguenay, l’heure était au bilan de mi-mandat pour Julie Dufour. Questionnée à ce sujet lors de la séance du conseil de ville tenue à La Baie, l’ex-conseillère municipale de Shipshaw n’a pu contenir quelques larmes.

« Je me rappelle la première entrevue que j’ai faite, Julie Dufour, 33 ans, pas connue à Shipshaw, qui se battait contre le dauphin du maire Jean Tremblay. On était à une tout autre époque. Jamais je n’aurais pensé faire de la politique dans ma vie », a évoqué avec nostalgie la mairesse qui a également fêté ses dix ans en politique cette semaine.

C’est néanmoins quelques instants plus tard, en abordant sa vie personnelle, que Mme Dufour s’est montrée la plus touchée.

« Dix ans dans une vie adulte, c’est quelque chose. Mon fils avait 4 ans, il a fêté ses 14 ans… », a-t-elle remis en perspective avant de prendre un moment en retrait.

Solidaire avec les médias

Dans un tout autre ordre d’idées, la mairesse a également pris de longues minutes pour exprimer ses préoccupations entourant la crise des médias, plus particulièrement au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Pour expliquer une partie du problème, Mme Dufour s’est notamment attaquée à la désinformation qui circule librement sur le web.

Les membres du conseil de ville ont échangé pendant plus de trois heures à La Baie. (Photo William Gagnon)

« Nous avons un sérieux problème collectif. La crise qui se passe en ce moment, elle appartient à tout le monde. La propagande, on a vu ce que ça a fait dans les dernières années, c’est pas chic », a-t-elle soutenu en interpellant le ministère de l’Éducation à s’enquérir de l’information consommée par les jeunes.

Quant à lui, le conseiller du onzième district, Marc Bouchard a proposé une résolution, appuyée par Mme Dufour, demandant aux gouvernements d’agir en urgence dans ce dossier, au nom de la protection de la qualité d’information en région, mais aussi de tous ses artisans.

Des citoyens mécontents

La période de questions concluant l’assemblée a permis aux sinistrés des refoulements d’égouts survenus récemment près des rues Beaujolais et Beauvoir, à Chicoutimi-Nord, de se faire entendre. Une pétition de 80 signataires a alors été présentée à la mairesse, dans le but d’obtenir un meilleur soutien de la Ville vis-à-vis ses citoyens.

Partagez :
Avatar photo