Sports et changements climatiques : s’hydrater ou skier

130
0
Partagez :

Pratiquer du sport dans des conditions optimales devient une chose de plus en plus rare avec le constant changement de température. (Photo : Olivier Bonjour)

 

Les effets des changements climatiques sont si dévastateurs qu’ils impactent même l’industrie sportive. Pour les stations de ski, un choix va devoir être fait, selon le professeur du système climatique global au département de géographie à l’UQAM, Philipe Gachon. « À un moment donné, il y a peut-être une question de rentabilité qu’il va certainement falloir se poser pour certaines stations en particulier. »

« Nous allons voir de plus en plus des conflits d’usage d’eau. Quelle quantité d’eau doit ton garder pour créer de la neige artificielle pour le loisir, versus l’eau qu’on doit absolument garder pour la consommation humaine et pour l’agriculture aussi ? », questionne le professeur de l’UQAM en soulignant la gravité du choix auquel la population devra faire face d’ici peu.

Pratiquer un sport extérieur depuis les dernières années devient une expérience de plus en plus dangereuse avec l’augmentation des variations de température et des précipitations, explique M.Gachon. « À chaque fois qu’il y a des précipitations de pluie sur neige bien évidemment ça détériore la qualité de la neige, mais aussi engendre des problèmes de plaques de verglas ou autres sur les pentes qui peuvent être plus dangereuses lorsque nous pratiquons le ski. »

L’anxiété du futur

Cela risque d’apporter des changements aux sports tels qu’on les connaît, explique M. Gachon. « L’incertitude associée à certains types de précipitations est assez élevée. Oui, généralement nous allons avoir une modification des sports d’hiver, mais il n’en reste pas moins qu’une incertitude persiste sur le type de précipitations et comment elles vont changer dans le contexte du réchauffement climatique de nos régions. »

Une chose est certaine, les sports d’hiver ne seront plus ce qu’ils étaient, affirme M. Gachon. « C’est clair que plus généralement les sports d’hiver vont être affectés. Certains endroits vont peut-être en bénéficier. Il y a peut-être des endroits où la quantité de neige sera plus importante et abondante et donc ce secteur pourra en bénéficier. »

Selon une étude du Fonds mondial pour la nature, en France, la montée constante des vagues de chaleur pourrait entrainer une perte de 24 jours de pratique si la température du monde augmentait de deux degrés et une perte de deux mois est estimée si la température globale augmentait de quatre degrés.

Une adaptation est inévitable

Les effets des changements climatiques continueront d’évoluer dans le futur et ne cesseront de changer. Le message est clair pour le futur du sport, une seule solution s’offre à nous, s’adapter, explique M. Gachon. « On va devoir tout simplement changer nos habitudes, changer la façon qu’on pratique le sport. »

La commission exécutive du Comité International Olympique a aussi commencé à se pencher sur la question de la viabilité des Jeux olympiques d’hiver.

Partagez :
Avatar photo