Métamorphose de la clientèle dans les salons de quilles du Lac-St-Jean

112
0
Partagez :

C’est notamment l’aspect technique de l’activité qui pousse de plus en plus de joueurs à s’y essayer. (Photo : Théo Laroche-Lelong)

Entre convivialité et esprit de compétition, le jeu de quilles est une activité privilégiée par de nombreux seniors. Cependant, depuis quelques années, plusieurs salons du Saguenay-Lac-St-Jean témoignent d’une diminution de leurs clients plus âgés. Une métamorphose caractérisée par l’accueil de nouveaux joueurs, plus jeunes, mais qui semble différente selon les secteurs de la région.

Malgré ses 24 ans, Anthony Maltais totalise déjà 17 années d’expérience sur les allées de quilles. Donc des aînés, il en côtoie. Selon le joueur, la diminution du nombre de seniors présents dans les salons de quilles est principalement liée à un renouvellement du profil de la clientèle. « Il y a eu une période ici où il n’y avait presque pas de jeunes mais maintenant nous sommes en train de remonter, raconte-t-il. Ici au Lac, quand j’ai débuté on était peut-être une dizaine de jeunes donc c’est bien la preuve que des années 2010 à 2020 il n’y en avait presque pas, alors qu’aujourd’hui ils sont bien plus nombreux. »

Des différences géographiques

Même si la proportion de seniors reste aujourd’hui encore prépondérante dans de nombreux salons, il semble que cette tendance soit différente au Lac-St-Jean, comme en témoigne Carole Gagnon, employée du salon de quilles de l’Ascension-de-Notre-Seigneur depuis près de 30 ans. « Il y a une dizaine d’années, on en avait beaucoup plus mais avec les maladies et la vieillesse, plusieurs sont décédés donc on en retrouve de moins en moins parce qu’ils ne se remplacent pas toujours. » Carole Gagnon estime à seulement 40 % leur proportion dans son établissement, des statistiques à peine en dessous du salon L’Empire à Saint-Félicien qui déclare en recevoir moins de 45 %. Un phénomène qui semble bien moins significatif dans les structures des grandes villes. Réjean Côté, employé du Bool à Saguenay, affirme que l’établissement n’accueille « presque que des seniors. C’est près de 80 % de nos clients. » De même que le salon Le Dallo qui ne fait part d’aucune perte de clients dans cette tranche d’âge.

Mais même si « la relève des salons de quilles » semble être du côté des plus jeunes, l’activité continue d’accueillir de nouveaux joueurs d’âge senior. C’est le cas de Dylan Provencher qui a commencé en octobre passé. « Ce que j’aime dans cette activité c’est que c’est un sport pour tout le monde, autant pour les gens compétitifs que pour les gens qui veulent juste avoir du plaisir. » Un aspect inhérent au jeu de quilles qui ne manquera certainement pas de continuer d’attirer de nouveaux joueurs dans les années à venir.

Partagez :
Avatar photo