Crise du logement : « On n’est pas sorti du bois »

109
0
Partagez :

La coordonnatrice de Loge m’entraide, Sonia Côté s’inquiète de la situation dans la région. (photo : Anaïs Sabourin)

La situation du logement s’est légèrement améliorée au Saguenay. Sur le terrain, les intervenants estiment toutefois que la situation est toujours aussi précaire pour les locataires.

 Selon le rapport de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le taux d’inoccupation des logements est passé de 0,9 % en 2022 à 1,3 % l’an dernier. À l’échelle de la ville de Saguenay, c’est 203 logements vacants sur les 15 642 disponibles.

Peu de marge de manœuvre

« Il y a la pénurie de logements et les coûts explosent. On s’en va carrément dans un mur », estime la coordonnatrice de Loge m’entraide, Sonia Côté. Encore cette année, les personnes à faible revenu restent plus à risque que les autres. La coordonnatrice de l’organisme encourage les locataires de la région à contester toutes les hausses de loyers.

Du côté du coordonnateur du Lieu d’Actions et de Services Travaillant dans l’Unité avec les Sans Emplois (L.A.S.T.U.S.E), Sylvain Bergeron, les impacts sur les plus vulnérables se multiplient. « Pour se loger, les gens doivent couper sur le reste et ça n’a aucun sens », affirme Sylvain Bergeron.

Des actions concrètes réclamées

Les acteurs du milieu communautaire croient que le gouvernement doit absolument construire des logements sociaux. « De cette manière, on s’assure d’offrir des logements qui sont accessibles, mais aussi salubres », mentionne la coordonnatrice de Loge m’entraide, Sonia Côté.

À L.A.S.T.U.S.E, on réclame une loi pour empêcher les hausses de loyer abusives. M. Bergeron remarque que de nombreux propriétaires annoncent de grandes augmentations à leurs locataires.  « Il devrait y avoir des règles pour empêcher ça. Ça ne doit plus juste être des recommandations. »

 

 

 

Partagez :
Avatar photo