Jeux du Québec à Sherbrooke: 114 athlètes représenteront la région

103
0
Partagez :
Crédit photo: courtoisie

Photo: courtoisie

Ce sont 114 athlètes qui représenteront la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean aux Jeux du Québec à Sherbrooke du 1er et 9 mars. Cependant, sur 16 disciplines, trois sports n’auront aucun représentant de la région, soit la ringuette, le basketball en fauteuil roulant et le plongeon par manque d’athlètes.

Les préparations pour une finale des Jeux du Québec débutent relativement tôt afin que tout soit prêt pour le grand départ. « Ça débute en septembre. Des finales régionales ont été faites entre le 1er novembre et le 4 février. Par des compétitions ou des camps d’entrainement, les jeunes sont sélectionnés pour participer aux jeux. », explique le chef de la délégation du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Frédérick Bouchard.

L’équipe de mission souhaite que les athlètes vivent une expérience inoubliable dans tous les sens du terme. « On garde toujours en tête qu’on veut faire vivre une belle expérience humaine aux athlètes. On ne met pas de pression sur personne, on ne fait pas de prévision de médailles. On est vraiment sur une ligne directrice pour une expérience sportive de haute qualité, même chose pour l’expérience humaine », précise Frédérick Bouchard.

Manque d’athlètes

Le faible bassin d’athlètes dans les trois sports explique en quelque sorte le fait que la région ne sera pas représentée. « Par exemple, au niveau de la ringuette, ici le hockey féminin va super bien, on a les Rebelles qui font un beau travail, mentionne le chef de délégation. Je pense qu’étant donné que le hockey roule bien, c’est pour cela qu’on n’aurait pas d’équipes de ringuette en développement. Pour le basket en fauteuil, c’est qu’on n’a pas assez d’athlètes. Cependant, on serait ouvert si jamais une autre région veut se fusionner à nous. » Pour ce qui est du plongeon, une équipe devrait être envoyée aux prochains jeux, en 2026 à Blainville, selon le chef de mission.

Avec la pandémie, plusieurs sports en ont pris un coup. « On relève tout de même d’une pandémie qui n’est pas si vieille. Il y a quelques sports qui en ont perdu dans le nombre de pratiquants. Par exemple, on n’a pas été représenté en boxe olympique à Rivière-du-Loup, même chose pour le ski de fond. Les équipes sur le terrain ont bien travaillé et cette année à Sherbrooke, on a du ski de fond et de la boxe olympique », apporte Frédérick Bouchard.

Partagez :
Avatar photo