Le don de plasma, un geste à ne pas négliger

942
0
Partagez :

Plasmavie Saguenay a atteint le 8 mars l’objectif qu’il s’était fixé pour la période du 1er avril 2023 au 31 mars 2024: 21 500 dons de plasma. Le nombre visé était le plus gros de toute la province. Le centre espère sensibiliser encore plus de gens aux dons de plasma et ainsi, battre un record.

Présentement, seulement 3% des résidents la région donnent du plasma. Plasmavie Saguenay tient à ce que davantage de citoyens réalisent l’importance et l’impact de ce geste. « On a encore beaucoup de chemin à faire pour aller toucher les gens », affirme la coordonnatrice des opérations de Plasmavie Saguenay Frédérique Bergeron.

Le record, réalisé l’an dernier, est actuellement de 22 067 dons. Plasmavie Saguenay espère atteindre 23 000 dons avant le 31 mars.

Un besoin crucial

« Le plasma, c’est 90% d’eau, 10% de protéines, donc nous on va chercher les protéines dans le plasma », explique Mme Bergeron. Plasmavie ne prélève pas du plasma de transfusion, mais bien celui destiné à la transformation en médicaments.

« Pour faire un type de médicament, par exemple l’immunoglobuline, ça peut prendre jusqu’à 200 poches de plasma, donc on va aller chercher la protéine dans 200 plasmas différents pour faire une seule fiole de médicament qui va être administrée pour sauver des vies, c’est pour ça qu’on en a autant besoin », explique la coordonnatrice.

Valérie Breton donne depuis environ sept ans, mais depuis un an, c’est un rendez-vous hebdomadaire. Après avoir croisé des amis lors d’un don, le groupe a décidé d’y aller chaque jeudi. « On va s’assurer de se voir à toutes les semaines au moins 1h30, on parle ensemble et en même temps, on fait une bonne action. »

Maintenant rendue à 66 dons, Mme Breton met de l’avant l’avantage de choisir le don de plasma. « Souvent, tu as moins d’effets secondaires, je n’avais pas eu de gros effets secondaires pour le sang, mais tu as moins de fatigue parce qu’ils te redonnent ton fer. »

Pour les dons de sang, un homme peut donner aux 56 jours et une femme aux 84 jours, mais avec le plasma, puisqu’on retrouve nos globules rouges après, il est possible de donner à tous les six jours.

« Ils te prennent du sang, il y a une centrifugeuse qui tourne, le plasma sort, ils te redonnent ton sang », explique un donneur ayant donné 113 fois son plasma, Giovanni Claveau.

M. Claveau donne depuis environ 32 ans. À l’arrivée de Plasmavie Saguenay, il a débuté les dons de plasma après avoir commencé avec le sang. Il se déplace maintenant presque à toutes les semaines. « C’est pour donner, c’est mon acte humanitaire. »

Pour lui, donner est un moyen de faire une différence. « Ils en ont tellement besoin, il y a tellement de maladies aujourd’hui, ils soignent beaucoup de choses avec ça. »

Prioriser une belle expérience

« Ils font des semaines thématiques parfois. L’année passée, il y avait une semaine c’était Puerto Plasma, c’était dans le sud, tu pouvais te déguiser, il y avait une machine à slush. Dans le temps des fêtes, ils avaient fait un calendrier de l’avent, il y avait des sucres à la crème, un bar à chocolat chaud, tu pouvais te faire des petites toasts », raconte Valérie Breton.

L’accueil chaleureux du personnel contribue à la qualité du service selon Valérie Breton. « Ils ont le cœur sur la main. Ils te donnent le gout de revenir […] Tu as l’impression qu’ils se soucient vraiment de toi. »

Pour montrer sa reconnaissance, Héma-Québec s’assure de récompenser ses donneurs.

« Au premier don, le donneur reçoit une épinglette. Au troisième, il va ravoir une autre épinglette, ensuite c’est à tous les cinq dons. À 100 dons, tous nos donneurs sont invités à un souper reconnaissance chaque année. À 200, ce sont des trophées », explique Mme Bergeron.

Pour Valérie Breton, une chose est claire, donner est loin d’être un moment désagréable. « C’est rare qu’on sorte de là et qu’on n’a pas eu du fun et qu’on n’a pas ri et qu’on n’a pas niaisé autant entre nous qu’avec le personnel et qu’avec les autres donneurs. »

Partagez :
Journaliste Lauriane Boudreau