19ème édition du ballet «Casse-noisette» | Un projet pilote pour le spectacle de Noël

L’incontournable Casse-Noisette du temps des fêtes innove et propose des ateliers en garderie. La troupe de Ballet Synergie et le Prisme culturel proposent deux versions du spectacle, dont une totalement adaptée à un jeune public.

C’est ce qu’a rapporté la directrice artistique du Ballet, France Proulx lors de la conférence du dévoilement de la 19ème édition, jeudi. «C’est un projet pilote avec pour concept l’heure du conte pour toucher les plus petits», spécifie-t-elle.

L’équipe propose une version classique du ballet mais pour la jeunesse le spectacle est raccourci et des ateliers de danse sont offerts pour les enfants en garderie.

«On veut guider nos activités vers un volet plus pédagogique», explique le directeur de Ballet Synergie, Jean-Daniel Bouchard.

La députée néo-démocrate de Jonquière Karine Trudel, habillée tout spécialement comme le petit soldat de bois pour l’occasion, est la présidente d’honneur de l’édition annuelle. Ravie d’être impliquée dans le projet, elle valorise «l’unité régionale et la tradition que représente Casse-Noisette au Saguenay-Lac-Saint-Jean».

 

La présidente Caroline Larouche, la députée néo-démocrate de Jonquière, Karine Trudel, le directeur de Ballet Synergie, Jean-Daniel Bouchard et le directeur de production, Raymond Tremblay.

Les architectes du rêve enchanteur

Jean-Daniel Bouchard va interpréter Drosselmeyer pour la première fois, un fardeau dit-il en riant, car il succède à son père Clément Bouchard qui a incarné le personnage durant 19 ans.

Le directeur de Ballet Synergie exprime que même après tant d’années, la troupe cherche toujours à innover dans les chorégraphies en conservant le patron classique du conte de E.T.A Hoffman.

«Casse-Noisette reste un rêve pour les enfants, et l’impression de rajeunir pour les adultes», dit il.

C’est au rythme de la musique de Tchaïkovski que les danseurs jonquiérois Sophie Larouche et Étienne Tremblay vont endosser les rôles de la jeune Clara et du Prince. «C’est la deuxième année que j’ai le rôle principal, indique l’interprète du Prince. C’est un bel accomplissement.»

Les représentations grand public auront lieu les 15, 16 et 17 décembre à la salle Michel Côté à Alma.

À propos de Flavie Villeneuve

«Le voyage pour moi, ce n’est pas arriver, c’est partir. C’est l’imprévu de la prochaine escale, c’est le désir jamais comblé de connaitre sans cesse autre chose, c’est demain, éternellement demain. » C’est accompagné de cette phrase du journaliste et écrivain Roland Dorgelès que Flavie, originaire de France, a installé ses valises à Jonquière pour donner un peu de longueur à son escale. Comme elle est voyageuse et curieuse, le journalisme représente ce certain imprévu qui offre une dose d’adrénaline à sa journée. Elle est férue d’histoires, celles qui ont leur mot à dire et qui font réfléchir. Flavie aime lire l’actualité internationale et souhaite un jour continuer son voyage en partageant quelques-unes de ses pages.

À voir aussi

COVID-19: les secrets d’un tournage sécuritaire

Grâce au travail acharné des producteurs et des réalisateurs, aucune éclosion ne s’est produite dans …