samedi , 17 août 2019
Accueil / Actualités / Conférence au profit de la Caserne de jouets | Sébastien Lapierre captive son auditoire
Conférence au profit de la Caserne de jouets

Sébastien Lapierre captive son auditoire

Les aventures du périple historique de 43 jours en Antarctique du Saguenéen Sébastien Lapierre ont permis d’amasser 2000 $ au profit de la Caserne de jouets Saguenay.

Sébastien Lapierre, natif de Saint-Honoré et pompier à Québec, est devenu en décembre 2017 le premier Canadien à traverser le Pôle Sud en solitaire. L’homme affamé d’aventures depuis son plus jeune âge a raconté en détails son expédition, photos et vidéos à l’appui, lors de cette conférence teintée d’humour d’une durée d’une heure au Calypso de Jonquière mercredi soir.

Si cette aventure dangereuse s’est déroulée sans embuche et sans histoire de peur, c’est grâce à sa préparation et à son grand positivisme. «C’est pas toujours facile trouver le positif en Antarctique. Dans mes comptes-rendus, je ne parlais pas des tempêtes du matin, mais des éclaircies magnifiques de l’après-midi. C’est pour ça qu’on m’a surnommé ‘’l’homme le plus heureux de l’Antarctique’’» , explique M. Lapierre.

La vente des billets au coût de 50$, l’encan silencieux et les nombreux tirages ont permis à Caserne de jouets Saguenay de mettre la main sur plus de 2000$, sans compter une trentaine de boîtes remplies de dons matériels. L’organisme recueille, répare et distribue des jouets neufs ou usagés destinés aux enfants démunis en prévision de la période des Fêtes.

Ce sont des étudiantes en bureautique du Cégep de Chicoutimi qui ont organisé l’événement de A à Z dans le cadre d’un cours d’organisation d’activités professionnelles. Les 21 jeunes femmes ont eu à s’occuper de trouver la salle, le repas, l’activité et les commanditaires, en plus de déterminer et acheter les prix, faire les coupons et les dépliants. Le tout dans un délai de cinq semaines.

L’événement a attiré 115 personnes dans la salle d’une capacité de 256 personnes. En dépit du taux de participation quelque peu décevant selon les organisatrices, celles-ci affirment être très contentes du déroulement de la soirée ainsi que des fonds amassés. «Vraiment satisfaites. C’est une réussite pour si peu de temps, on avait cinq semaines! » explique avec le sourire l’enseignante et responsable du souper conférence, Nicole Rioux.

À propos de Jean-Charles Philippe

Le Jean-Charles Philippe est une espèce bien particulière que l’on retrouve principalement en Amérique du Nord. Né à Longueuil le 18 décembre 1998 et élevé à Montréal, il a déjà traversé 19 hivers. Ne vous méprenez pas, le Jean-Charles est très loin d’être une bête des neiges. Cinq mois par année, il rêve du soleil et de la chaleur. Le Jean-Charles est un touche-à-tout : sports, musique, cinématographie, arts et culture. Au primaire, dans une équipe de soccer et dans les scouts ; au secondaire, dans une équipe de hockey, de baseball et de flag-football ; au Cégep, dans une équipe de hockey et au Campus. Il apprend également à jouer la guitare dès l’âge de 11 ans, qu’il pratique encore à ce jour. Le Jean-Charles est un mammifère nomade qui se nourrit principalement de voyages et de découvertes. Avec plus de 250 heures passées dans le ciel, il n’est toujours pas rassasié. Plus son passeport est estampillé, plus il est heureux. Avant de se transformer en une passion, l’écriture n’était pour Jean-Charles qu’une matière facile lui permettant de monter sa moyenne générale. Ce n’est qu’après que son professeur de français de secondaire 4 lui ait recommandé d’en faire son gagne-pain qu’il commence à songer à quitter le confort de sa ville adorée pour une contrée éloignée nommée « Jonquière ». Quelle sera sa prochaine aventure ?

À voir aussi

Période de changement de pneus tardive dans la région

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean vit une période de changement de pneus plus tardive et plus graduelle que …