Accueil / Actualités / VIA Rail ligne Montréal-Jonquière | Achalandage en baisse depuis cinq ans
VIA Rail ligne Montréal-Jonquière

Achalandage en baisse depuis cinq ans

VIA Rail offre six liaisons par semaine dans la région, trois en partance de Montréal et trois autres reliant Jonquière à la métropole. Photo: Guillaume Pelletier

VIA Rail a connu une importante diminution du nombre de passagers empruntant son service ferroviaire Montréal-Jonquière. Depuis 2013, l’achalandage a chuté de 18,41 %.

Les données compilées par La Pige dans les rapports annuels de l’entreprise démontrent que le nombre de voyageurs annuels est passé de 12 179 à 9 938 en cinq ans. Dans un échange de courriels, le conseiller aux relations publiques de la société d’État, Kaven Delarosbil, a confirmé qu’une diminution de 18 % a effectivement été observée sur la liaison Montréal-Jonquière, sans pouvoir expliquer précisément les motifs de cette baisse. À titre comparatif, pour la même période, un déclin de 15 % du nombre de passagers a été observé à bord du train reliant Montréal et Senneterre alors que celui de la ligne Montréal-Halifax a augmenté de 3,1 %.

Source: Rapports annuels de VIA Rail

Appelé à commenter ces chiffres, l’ancien président de la Coalition de sauvegarde du train voyageur Montréal-Jonquière, Réjean Laforest, s’est dit légèrement surpris par cette baisse d’achalandage. «Avec le vieillissement de la population, on pouvait s’attendre à une hausse du nombre de voyageurs. Il y a plusieurs avantages à utiliser ce mode de transport, c’est beaucoup plus confortable et ergonomique que l’autobus, le paysage est aussi très beau.» Cependant, «l’absence de publicités dans la région et les nombreux retards n’aident en rien l’entreprise», estime M. Laforest, qui a déjà fait des pieds et des mains afin de sauver la liaison à la fin des années 90.

«Un boulet pour l’entreprise»

M. Laforest indique que ce trajet «est un boulet pour l’entreprise ferroviaire». Malgré une hausse d’achalandage de 3,55 % entre 2016 et 2017, la seule en cinq ans, le manque à gagner entre les revenus et les dépenses pour cette ligne sont de plus de 5 millions de dollars en 2017 (rapport annuel VIA Rail).«Si VIA Rail n’avait pas d’obligations de la part du gouvernement fédéral, ça ferait longtemps que la liaison Montréal-Jonquière aurait cessé ses activités», affirme l’ancien conseiller municipal.

La gare située sur la rue Saint-Dominique est la destination finale. Photo: Guillaume Pelletier

En effet, la principale activité de VIA Rail Canada consiste à opérer, au nom du Gouvernement du Canada, les services nationaux de chemins de fer à l’intention du public voyageur.

VIA Rail offre six liaisons par semaine dans la région, trois en partance de Montréal et trois autres reliant Jonquière à la métropole.

À propos de Guillaume Pelletier

Alors que les jeunes de son âge écoutaient Télétoon et lisaient Geronimo Stilton, Guillaume préférait regarder Le Téléjournal et feuilleter le journal. Passionné par le hockey et la politique, il a eu la piqûre pour le journalisme lors d’un stage d’un jour au Courrier du Sud en 2013. Ayant un très bon sens de l’observation, ce Brossardois d’origine a toujours aimé connaître le pourquoi et le comment des choses. Plus récemment, il a travaillé comme journaliste aux communications étudiantes universitaires de Chicoutimi pour la période estivale. N’essayez surtout pas de lui apprendre une nouvelle toute chaude, il la connaît probablement déjà, lui qui est branché sur l’actualité au quotidien.

À voir aussi

Sujets sensibles : les journalistes doivent être prudents

Certains médias minimisent les risques de traiter les sujets sensibles avec sensationnalisme. Le poids des …