Valérie Maltais rencontre la relève de la région

La médaillée olympique Valérie Maltais court un marathon d’activités depuis son arrivée à Saguenay samedi dernier. De passage dans son ancienne école secondaire mercredi matin, la femme a chaussé ses patins de longue piste vers 15 h pour discuter avec de jeunes patineurs de vitesse originaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean au Centre Georges-Vézina.  Elle a également reçu une plaque des mains de la mairesse de Saguenay Julie Dufour.

«C’est important pour moi de montrer aux jeunes que je suis atteignable et accessible. Quand j’étais plus jeune, les gens de l’équipe nationale qui venaient nous voir étaient inatteignables et je souhaite briser cette perspective. Je souhaite leur montrer que le plus important, bien avant la performance, c’est le côté humain du sport et les opportunités que ça donne. On a la chance de faire de belles rencontres humaines », apprend la sportive.

Selon Valérie Maltais, le fait de revenir dans son coin de pays a quelque chose de spécial. « Les gens sont fiers et je le ressens. Lorsque j’étais aux Jeux olympiques, je recevais des montagnes d’encouragements de personnes d’ici qui me suivent. C’est une fierté pour moi de venir du Saguenay », révèle-t-elle.

Le président de la Commission des sports et du plein air et conseiller du district 3, Michel Thiffault,  a tenu à rappeler l’importance de la jeune sportive pour la région. Selon lui, Valérie Maltais est un joyau du patinage de vitesse et il espère qu’elle inspirera d’autres patineurs à emprunter une route similaire.

Pendant l’après-midi, une plaque honorifique a été remise à la patineuse de vitesse qui a remporté l’or aux tout derniers Jeux olympiques. « C’était juste impossible pour nous de ne pas souligner cette victoire lors de son retour au bercail », commente la mairesse de Saguenay, Julie Dufour.

Julie Dufour a offert une plaque honorifique à l’athlète Valérie Maltais. (Photo : Gabrielle Simard)

 

À propos de Gabrielle Simard

Pour Gabrielle, les mots sont comparables aux crayons de cire ; ils sont offerts en plusieurs teintes et permettent, lorsque bien utilisés, de colorier la plus complexe des jungles. Impliquée, imaginative et appliquée, elle a la justice et l’égalité tatouées sur le cœur. Son esprit fougueux stimulé par l’être humain, les arts, l’apprentissage, la discussion et la réflexion cherche toujours à en apprendre un peu plus sur tout. Étant originaire d’Arvida, la jeune allumée par l’écriture s’intéresse aux phénomènes sociaux et voit une richesse inépuisable dans chacun des humains qui comportent notre monde. Gabrielle évolue comme journaliste culturelle et généraliste au sein de la coopérative de l’information Le Quotidien depuis mai 2021. Comme elle juge primordial de s’investir dans son milieu, celle qui adore les découvertes œuvre également en tant que codirectrice et journaliste au magazine web La Cerise depuis trois ans. Pour occuper ses temps libres, Gabrielle s’investit dans Cégeps en spectacle, compose des mélodies, consomme sans modération des documentaires et se prête à des séances d’écriture une tisane à la main.

À voir aussi

Une saison pleine de remous

La piscine du Cégep de Jonquière a ouvert ses portes de nouveau en janvier 2022, …