Diplômé en publicité du Cégep de Jonquière | Alexis Caron-Côté parmi les leaders

208
0
Partagez :

Diplômé en publicité du programme Art et technologie des médias (ATM) du Cégep de Jonquière, Alexis Caron-Côté vient d’être nommé dans le palmarès des 30 plus beaux espoirs de l’industrie québécoise chez les moins de 30 ans par Infopresse.

Dans la troisième édition de ce décompte, le site web a identifié plusieurs jeunes travailleurs et travailleuses qui se démarquent par leurs idées, leurs ambitions et leurs réalisations dans le domaine des communications ou du design. Infopresse est d’ailleurs une référence importante pour les professionnels de l’industrie.

Diplômé dans le volet publicité d’ATM en 2007, le Lévisien âgé de 29 ans a gravi les échelons petit à petit pour devenir un des concepteurs-rédacteurs par excellence de la boîte Sid Lee, située à Montréal. Cette entreprise compte 600 employés déployés dans des bureaux à Los Angeles, Toronto, Paris, New York et Montréal.

Une carrière remplie

Celui qui a aussi travaillé chez Batten, Barton, Durstine & Osborn (BBDO) et chez Bleublancrouge dit adorer son expérience chez Sid Lee, où il a fait un stage de trois mois vers l’âge de 23 ans. «Selon moi, Sid Lee est une des agences les plus créatives au Québec. Travailler ici, avec plein d’autres gens hyper talentueux, ça te permet de grandir et de t’améliorer dans ton travail», affirme le concepteur-rédacteur.

La réalisation dont il est le plus fier est la campagne Street Swatches, qui représente un partenariat entre Sid Lee et Réno-Dépôt. L’agence a décidé d’instaurer une technologie à un abribus. Celle-ci permet d’associer les couleurs de l’environnement aux couleurs disponibles dans la gamme de peinture Sico. Cette création a permis à la boîte de publicité de remporter un Lion de bronze à la dernière édition du Festival international de la créativité de Cannes.

Alexis Caron-Côté invite les jeunes intéressés par la publicité à ne pas hésiter et à sauter à pieds joints dans ce monde. «C’est un domaine tellement plein de possibilités, puisque tu peux toujours faire des projets différents, confie le Lévisien. De mon côté, je n’ai jamais l’impression de venir travailler. J’ai plutôt l’impression de venir m’amuser chaque matin.»

Partagez :