Commission scolaire des Rives-du-Saguenay | Sept millions $ en investissements

217
0
Partagez :

Près de sept millions de dollars seront investis dans les écoles de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay (CSRS) en 2018.

Ses investissements représentent une partie des dépenses qui ont été annoncées, mardi soir, lors de la séance du conseil des commissaires. Ce sont les contrats en rapport à l’architecture et l’ingénierie des projets de la prochaine année qui ont été octroyés. «Dix-neuf écoles de la commission seront touchées par ces changements», affirme le directeur des ressources matérielles, Martin Deschênes.

Parmi les changements qui seront apportés à certaines écoles, 70 tableaux numériques interactifs seront installés dans les classes de la commission scolaire. Cela représente un investissement de 46 000 $ au total.

Étudiants étrangers

Un service d’agence d’immigration sera également mis en place afin d’attirer plus d’élèves internationaux. «Le but de l’agence sera d’augmenter le nombre d’élèves internationaux à 200», explique le régisseur des services de la CSRS, Sébastien Renaud. C’est la compagnie Émigre Emploi qui assurera le bon déroulement du processus afin d’intégrer les étudiants étrangers. Ils fourniront des services importants comme l’acquisition d’un permis d’étude dès la rentrée 2018.

Bilan scolaire annuel

Les commissaires ont aussi profité de cette séance pour prendre connaissance des rapports annuels sur la clientèle officielle, sur les taux de réussite et sur le taux de diplomation. La directrice des services éducatifs, Johanne Allard, a expliqué à l’assemblée qu’en additionnant le nombre d’élèves de la commission au primaire et au secondaire, on atteignait un total de 10 839 étudiants soit une augmentation de 119 jeunes par rapport à l’année dernière.

La problématique de l’exode de la clientèle vers le secteur privé a été abordée lors de la rencontre. Toutefois, le bilan n’est pas complètement négatif, puisque seulement 5,3 % des élèves ont quitté le système public. Une situation qui n’est pas alarmante selon Mme Allard.

Partagez :