Manger santé à faibles coûts | Une question de choix

196
0
Partagez :

Le millionnaire François Lambert a soulevé tout un débat en affirmant qu’il fait son épicerie avec moins de 75 $ par semaine pour les nourrir lui et ses deux adolescents. Plusieurs diront que l’ex-dragon ne connaît pas la réalité qu’est de vivre avec le salaire minimum et c’est vrai. Toutefois bien que ce soit un défi, il est tout à fait possible de faire son épicerie avec moins de 210 $ pour une famille de quatre, ce qui va à l’encontre de l’évaluation du Dispensaire diététique de Montréal.

Pour manger santé, le Dispensaire diététique de Montréal a évalué que 210 $ sont nécessaires par semaine pour nourrir deux adultes et deux enfants. L’homme d’affaires François Lambert a répliqué sur sa page Facebook qu’il est possible d’y arriver avec un budget moindre, ce qui a suscité de vives réactions. Et si les Québécois manquaient d’imagination quand vient le temps de mettre quelque chose dans leur assiette ?

Il est pourtant possible de manger autre chose que des pizzas pochettes sans que cela coûte les yeux de la tête. De nombreux livres de recettes proposent des plats à moins de 5 $ par portion. Pour manger santé, il ne suffit pas d’acheter au prix courant les plus beaux fruits et légumes sur les tablettes. Les plus «moches» coûtent une fraction du prix. Une salade de légumineuses, par exemple, n’est pas si dispendieuse pour une famille de quatre.

À peine un tiers des Canadiens consomment cinq portions de fruits et légumes par jour et 60 % sont en surplus de poids selon Statistique Canada. C’est à croire que les Québécois mangent de la viande rouge pour déjeuner, dîner, souper. La viande et les produits laitiers sont assez dispendieux lorsqu’on gagne 11,25 $ de l’heure.

Le guide alimentaire de 2019 se démarquera des éditions précé-dentes. Plusieurs s’attendent à ce qu’il encourage les Canadiens à consommer moins de viande et de produits laitiers. Il recommandera également davantage les aliments non transformés pour faire des choix plus santé.

Certes, la vie est pleine d’imprévus et il y a des passages plus difficiles que d’autres. C’est pourquoi les cuisines collectives et les banques alimentaires existent. Une éducation est nécessaire dès le jeune âge pour faire des choix santé malgré un budget serré, parce que oui, on a le choix.

Partagez :