Nouvelle tarification pour la pêche blanche | Les adeptes ne mordent pas à l’hameçon

200
0
Partagez :

Les nouvelles tarifications proposées pour la pêche blanche à Saguenay par Contact Nature Rivière-à-Mars ont suscité énormément de mécontentement parmi les adeptes qui ont rempli le Vieux-Théâtre de La Baie, jeudi soir.

Rappelons que la gestion des villages de pêche a récemment été confiée à l’organisme à but non lucratif par la Ville de Saguenay, alors qu’il n’était responsable que de l’inscription des cabanes auparavant. Désormais, le déneigement, l’embarquement, le débarquement font partie de ses responsabilités, Saguenay ne conservant que le volet sécurité.

La nouvelle tarification propose quatre forfaits pour la location d’un espace, établis en fonction du poids des cabanes, soit 40 $, 75 $, 165 $ et 250 $. Ce sont cependant les deux derniers qui ont posé problème aux amoureux de la pêche blanche. Non seulement en raison du prix qui est nettement supérieur à l’année précédente, mais aussi compte tenu du fait qu’ils doivent attendre que la glace soit plus épaisse pour pouvoir y embarquer leur abri.

Ceux à 40$ et 75$ permettent de placer une habitation portative et une fixe sur une glace de seulement 12 pouces, ce qui était la norme autrefois. Les options à 165 $ et à 250 $ n’offrent pas cette possibilité. En effet, la couche de glace doit atteindre respectivement 15 et 18 pouces. Les pêcheurs devront ainsi attendre qu’elle soit plus épaisse pour pouvoir embarquer, même si la saison ne dure que 3 mois en tout, de janvier à mars.

Pour certains, ce n’est pas acceptable. L’une des pêcheuses présentes, Mylène Rossignol, a même soulevé la question. « À 250 $, à 17 pouces de glace, s’il nous reste trois semaines, pensez-vous que ça ait de l’allure ? » Elle a terminé en affirmant au directeur général de Contact Nature, Marc-André Galbrand, que s’il voulait qu’ils [les pêcheurs] continuent la pêche, il devrait arrêter de la tuer.

Deux comités composés de pêcheurs ont été formés pour se pencher sur ces propositions.

Partagez :