Atelier Immigration identité | Un message de tolérance envers la différence

234
0
Partagez :

Ouverture d’esprit et acceptation de l’autre ont été au menu de l’atelier Immigration identité, animé par le service d’accueil pour immigrants Portes ouvertes sur le lac. Organisée par le Cégep de Jonquière dans le cadre de la Semaine québécoise des rencontres interculturelles, l’activité de mardi a permis aux jeunes et moins jeunes de prendre position sur la question identitaire québécoise. 

Sous forme de discussion, les gens présents pouvaient afficher leur point de vue sur différentes affirmations lancées par les intervenants de Portes ouvertes sur le lac. La langue française, l’accueil des immigrants ainsi que la tolérance envers les autres cultures ont été des thèmes abordés tout au long de l’atelier.

Chargée de projet de l’organisme et coanimatrice de l’événement, Mariana Grekoff, est elle-même une immigrante. Dotée de deux nationalités (espagnole et argentine) en plus d’avoir la citoyenneté canadienne, Mme Grekoff a questionné la trentaine de participants sur l’identité québécoise en posant notamment la question: qu’est-ce qu’un Québécois?

La langue française et l’accueil des immigrants ont fait l’objet de discussions lors de l’atelier Immigration identité. Photo: Mathieu Beaulne

Son collègue Marco Dello Sbarba a quant à lui préconisé la mise en situation délicate. Toutes sortes de réactions ont découlé des scénarios sensibles présentés. Par exemple, une histoire concernant le port du voile dans une piscine en public a animé la discussion pendant plus d’une trentaine de minutes.

Les organisateurs de l’événement, Carla Garcia, conseillère pédagogique au Cégep de Jonquière et Jean-François Villeneuve, répondant à l’accueil et à l’intégration des étudiants internationaux, ont été agréablement surpris de l’ampleur qu’a prise l’activité sur les réseaux sociaux.

«Avec plus de 80 personnes participantes ou intéressées sur l’événement Facebook, on était vraiment emballé», a indiqué Jean-François Villeneuve. Pour Carla Garcia, il était important de travailler avec les gens d’ici au sujet de l’accueil des immigrants. «On travaille beaucoup à leur intégration, mais c’est un très gros travail que nous devons faire avec toute la communauté», a-t-elle expliqué.

Partagez :