Services de physiothérapie | L’UQAC inaugure sa clinique-école

187
0
Partagez :

 

 

Une nouvelle clinique universitaire de physiothérapie administrée par l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) ouvrira ses portes sous peu. Elle offrira des services spécialisés et gratuits à la population.

Le programme universitaire en physiothérapie de l’UQAC a mis sur pied sa clinique-école spécialisée qui opérera au 574 rue Jacques-Cartier Est, en face de l’Hôpital de Chicoutimi. La date de l’ouverture officielle de l’établissement sera connue le 15 novembre.

Elle permettra aux étudiants de dernière année de mettre en pratique leurs compétences à l’intérieur de quatre stages spécialisés durant une formation de huit semaines. Ils effectueront le nombre d’heures pratiques requis pour l’obtention de leur maîtrise.

«Nous avons une clientèle complexe qui présente plusieurs conditions de santé particulières. Notre approche est très fonctionnelle et nous nous orientons vers les meilleures pratiques», mentionne la superviseure et professeure en physiologie Marie-Andrée Côté. La clinique a déjà accueilli un groupe de quatre étudiants en session d’été (mai) et un second groupe a commencé ses activités préparatoires depuis le 22 octobre.

«Tous les traitements seront supervisés et encadrés par des professionnels du milieu de la santé», précise le professeur en physiothérapie Rubens Da Silva, nommé directeur de la clinique par l’UQAC. Comme elle a une mission pédagogique, les services seront offerts gratuitement et les clients devront être recommandés par les différents professionnels de la santé pour pouvoir en bénéficier.

Il ajoute que les patients seront traités à l’aide d’équipements à la haute pointe de la technologie. C’est pourquoi les étudiants peuvent offrir des traitements spécialisés et prendre en charge des dossiers plus complexes démontrant des limitations spécifiques. «Nous priorisons les dossiers de patients qui présentent des problèmes à composantes cardio-vasculaires respiratoires, sans toutefois écarter les autres composantes», mentionne Rubens Da Silva.

L’établissement sera complémentaire aux services de santé actuels de la région selon le professeur de l’UQAC.

 

Partagez :