Horrifique | Un fanzine unique au pays

298
0
Partagez :

Le passionné d’horreur André Lejeune est l’éditeur du magazine
Horrifique depuis maintenant 26 ans.
Photo: courtoisie


Qu’est-ce qu’un fanzine?

**Selon le dictionnaire Larousse, un fanzine est une «publication élaborée par des passionnés de science-fiction, de bandes dessinées, de cinéma, etc.» Inspiré de termes anglophones, le «fan» représente le nom fanatique et le «zine» provient du nom magazine.**


Le Jonquiérois André Lejeune fait figure de pionnier dans le monde des fanzines. Il met sur papier Horrifique depuis maintenant 26 ans et il est le seul au Québec à continuer de publier ce type de magazine d’horreur.

Ayant toujours été un grand passionné d’épouvante, André Lejeune a décidé de transmettre son amour pour la frayeur dans son magazine Horrifique lorsqu’il était dans la trentaine. «Au début, je me suis intéressé aux fanzines et j’aimais vraiment le concept, j’ai donc entamé les démarches pour créer le mien et depuis le tout début la passion persiste», mentionne l’éditeur du magazine Horrifique.

L’homme s’occupe d’assembler le magazine dans ses temps libres bénévolement. «Ça prend beaucoup de mon temps et c’est grâce à l’argent des abonnements que je peux subvenir aux coûts de production, je ne me fais pas vraiment d’argent avec mes fanzines.»

Aujourd’hui, le magazine d’épouvante Horrifique se démarque aux quatre coins du pays puisqu’il s’agit du fanzine ayant le plus d’années de publications à son actif sur l’ensemble du territoire canadien.

Une dizaine de revues sont publiées chaque année sur un large périmètre géographique. Le recueil comprend une soixantaine de pages dans lesquelles on retrouve diverses histoires d’horreur accompagnées d’illustrations.

M. Lejeune a publié 132 numéros à ce jour. Chacun d’entre eux est composé des textes de divers auteurs collaborateurs. «Une dizaine d’écrivains me soumettent leurs textes à chaque numéro. Je les lis tous, pour après en sélectionner trois ou quatre. Pour ce qui est des illustrations, je collabore avec des illustrateurs de la France ou du Mexique.» C’est d’ailleurs ces collaborations à l’international qui explique le prestige du magazine.

Partagez :