Les chiens de traîneau de retour à l’entraînement

228
0
Partagez :

Les chiens de traîneau sont à l’entraînement depuis déjà quelques semaines partout dans la région pour la saison d’hiver qui s’amorce. Les plus curieux et les amateurs pourront partir sous peu pour quelques heures dans les sentiers.

Les promenades de chiens demandent une endurance très importante aux animaux qui doivent par conséquent retrouver la forme avant d’accueillir les premiers touristes. Près de deux mois d’entraînement leur sont nécessaires durant lesquels ils travaillent leur force et leur endurance. «Ils ont passé l’été à relaxer, mais ils ont extrêmement hâte de se retrouver dans les sentiers de neige», raconte Mario Gaudreault, un guide passionné de l’entreprise Au coeur du Husky qui comprend deux chenils, un à Shipshaw et l’autre à Bégin.

Photo: Audrey Lalancette

Les visiteurs qui fréquentent le plus des chenils de la région sont des touristes qui proviennent de l’autre côté du continent. «C’est très rare qu’on part en randonnée avec des Québécois. Ce sont souvent des Européens, raconte une autre guide de l’entreprise, Audrey Lalancette. L’aspect folklorique les attire.»

Pour plusieurs guides, l’étape de l’attelage reste encore la plus difficile en début de saison, puisque c’est la plus exigeante physiquement. «Les chiens sont tellement excités qu’ils n’arrêtent pas de bouger. Ils aiment tellement ça quand je sors les harnais», soutientMario Gaudreault.

L’entreprise Au coeur du Husky

En 2006, le jeune couple composé d’Audrey Lalancette et de Mario Gaudreault accueillait ses quatre premiers chiens huskys sans pour autant savoir qu’ils en auraient le triple aujourd’hui et qu’ils tomberaient en amour avec leur nouveau mode de vie.

Photo: Audrey Lalancette

Si bien que quelques années plus tard, avec leurs amis Jean-François Girard et Sandy Lamothe qui partagent la même passion qu’eux, leur entreprise Au Coeur du Husky est née.

Cette année, ils ont décidé d’arrêter de participer à des évènements corporatifs avec leurs chiens pour amuser les tout-petits sur des pistes en cercle. Une décision qui leur semble être la meilleure pour leur propre bonheur et le bien-être de leurs animaux qui ne sont pas à leur plein potentiel lorsqu’ils participent à ce genre d’évènement.

«Je vais faire des randonnées avec les touristes parce que j’aime ça leur montrer ce que je sais, je ne veux pas tourner que pour faire de l’argent comme bien des gens font», poursuit M. Gaudreault.

Ce qu’ils souhaitent faire avant tout cet hiver, c’est de partir en randonnée avec leurs chiens, partager leur passion et faire grandir l’entreprise. Ils donnent actuellement tous les efforts nécessaires pour faire rêver les futurs visiteurs.

Partagez :