Une sécurité de plus pour nos compagnons

La micropuce permet de retrouver son animal plus rapidement. (Photo Angélica Morissette)

Saint-Honoré est la seule ville au Saguenay-Lac-Saint-Jean où la micropuce est obligatoire chez les animaux domestiques. Les propriétaires de Saint-Honoré n’ayant pas fait micropucé leur animal pourrait recevoir une amende.

Selon l’agente aux communications à la Société protectrice des animaux (SPA) de l’Estrie, Alexane Bégin explique que l’installation de la micropuce permet aux propriétaires de retrouver plus facilement leurs animaux domestiques s’ils les perdent.

« La micropuce est vraiment une sécurité supplémentaire pour les gardiens d’animaux », ajoute-t-elle.

Elle permet aussi de faciliter l’identification des animaux. La directrice adjointe de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) du Saguenay, Mélanie St-Gelais précise que la micropuce reste à vie lorsqu’elle est installée, donc il n’y a aucun risque qu’elle ne se perde dans le corps de l’animal.

« On travaille fort pour que ça soit obligatoire, mais en même temps, ce n’est pas fait encore. C’est du changement. Pour l’instant, les gens sont habitués de venir enregistrer leurs animaux à tous les ans, d’avoir une médaille », commente Mélanie St-Gelais.

Pour que les micropuces puissent être détectées, il faut une base de données, ce qui peut être considéré comme un désavantage d’après Mélanie St-Gelais. C’est la compagnie Identrac qui gère les informations des animaux et de leurs propriétaires pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Mauricie et de l’Estrie.

C’est à la municipalité de choisir si elle oblige ou non la micropuce. Un règlement provincial stipule tout de même que tous les chiens doivent être enregistrés et porter un médaillon.

« Chaque municipalité est responsable de faire respecter cette réglementation-là », déclare Alexane Bégin. Un total de 41 municipalités sont affiliées à la SPA de l’Estrie pour les aider à faire respecter le règlement.

La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean fonctionne de la même façon que la Mauricie et l’Estrie. « Ce sont les conseils municipaux qui décident ultimement des règlements concernant la garde d’animaux de compagnie et nous (SPA Mauricie) l’appliquons ensuite », exprime la SPA de la Mauricie par courriel.

À propos de Élia Rousseau

Avatar photo
Le petit poisson de Saint-Honoré, Élia Rousseau, a un parcours scolaire plutôt normal pour une étudiante de 19 ans. Elle a étudié à l’école secondaire Charles-Gravel à Chicoutimi-Nord au programme international (PEI). Ensuite, elle étudie depuis 2020 en Art et technologie des médias au Cégep de Jonquière. Ce qui a allumé la flamme journalistique en Élia est son documentaire qu’elle a fait sur les Saguenéens de Chicoutimi pour son projet personnel. Élia est une passionnée de ski alpin. Elle adore créer et surtout faire des collages photo dans ses temps libres. Un grand rêve d’Élia c’est de réaliser un film.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …