Yves-François Blanchet à la tête du Bloc québécois | «C’est la nouvelle que l’on attendait en 2019»-Pierre Forest

291
0
Partagez :

Le président de l’exécutif bloquiste de la nouvelle circonscription fédérale de Jonquière-Haut-Saguenay, Pierre Forest, se dit «extrêmement satisfait» de l’élection de l’ancien ministre péquiste Yves-François Blanchet à la tête du Bloc québécois.

Le président de l’association bloquiste de la circonscription de Jonquière-Haut-Saguenay, Pierre Forest, voit d’un très bon œil l’arrivée d’Yves-François Blanchet à la tête de la formation souverainiste. Photo : courtoisie Pierre Forest

Celui qui est un indépendantiste convaincu s’est tenu loin de la crise au Bloc. «Au printemps 2018, j’ai arrêté mes activités partisanes tout en gardant un œil attentif sur ce qui se passait au parti.»

L’ancien candidat du Bloc dans la circonscription de Jonquière-Alma a recommencé à s’impliquer après le double référendum menant à la démission de sa chef Martine Ouellet alors que la structure du parti s’est remise en place. «Il y a eu formation du conseil exécutif de la circonscription au début décembre. Dans les prochaines semaines, on peut s’attendre à une hausse du financement et du nombre de membres», explique celui qui est également directeur général de la Société nationale des Québécoises et des Québécois du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Même son de cloche dans Chicoutimi-Le Fjord

La présidente régionale et exécutive de la circonscription de Chicoutimi-Le Fjord, Valérie Tremblay, mentionne que c’est un chef d’envergure pour le Bloc. «M. Blanchet est une personne d’une grande notoriété et ça prouve que le Bloc est encore bien en vie.»

Yves-François Blanchet est devenu le 7e chef de la formation souverainiste le 17 janvier dernier. Photo : courtoisie Bloc québécois

D’ailleurs, elle mentionne que l’arrivée d’un nouveau chef se fait déjà sentir dans la caisse électorale du parti. «Depuis le début décembre, les dons reçus dans la circonscription sont en hausse.»

Yves-François Blanchet a été ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs sous le gouvernement péquiste de Pauline Marois. «C’est un plus pour le parti avec l’importance que la population accorde aux enjeux environnementaux», se réjouit Mme Tremblay. «En campagne électorale, on parle des questions environnementales, mais une fois au pouvoir, les priorités changent. On en a un bel exemple avec l’achat du pipeline Trans Mountain par le gouvernement Trudeau alors que même la population de la Colombie-Britannique n’en voulait pas.»

Le Bloc québécois tiendra son congrès de refondation du parti à la fin février. Les militants décideront alors des orientations du parti en vue de l’élection fédérale prévue le 21 octobre 2019.

Partagez :