Dépistage du cancer du sein | Un coup de pouce pour l’hôpital de Jonquière

280
0
Partagez :

Cinq semaines après l’installation de l’unité mobile CLARA à l’hôpital de Jonquière, le temps d’attente pour une mammographie a vraisemblablement diminué, même si le CIUSSS ne possède pas encore de chiffres pour le démontrer.

«De manière générale, les patientes sont ravies puisqu’elles sont certaines de passer à l’heure de leur rendez-vous. Il n’y a pas 15 personnes dans la salle d’attente, par exemple», a expliqué l’agente d’information au Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Marie-Gabrielle Moreau.

Rappelons que le CIUSSS a demandé l’aide de CLARA pour diminuer les délais d’examens qui pouvaient atteindre 12 semaines.

Une clinique sur roues

CLARA est garée dans le stationnement de l’hôpital de Jonquière pour une durée de six semaines, au minimum. (Photo: Jérémy Bernier)

La Clinique accréditée de radiologie (CLARA) est une unité mobile qui permet de de faire des mammographies dans les régions éloignées du Québec et donc de contribuer à la diminution du temps d’attente des examens. Lancées en 2002 par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) dans le cadre du  Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS), CLARA et son homologue portative SOPHIE ont permis d’effectuer près de 4 000 mammographies en 2015.

Ayant l’apparence extérieure d’un banal autobus, l’unité mobile a tout d’un espace de radiologie. «En soi, la technologie qui y est présente est la même que celle qu’on retrouve à l’hôpital, a précisé Mme Moreau. Il y a une salle d’attente, une de consultation et une autre pour les examens.»

Pour ce qui est des dépenses associées à l’utilisation d’une telle clinique, le CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean défraie seulement ses coûts d’électricité et de maintenance. Tout le reste est endossé par l’INSPQ.

CLARA devait passer un minimum de six semaines dans la cour de l’hôpital de Jonquière et recevoir environ 800 patientes. Toutefois, si le besoin persiste, l’unité mobile pourra prolonger son service pour atteindre l’objectif de six semaines maximum de délai pour une mammographie.

Partagez :