Un an d’Ubisoft dans la région | Un Silicon Saguenay en devenir

218
0
Partagez :

L’équipe de jeux vidéo indépendants, Totema Studio. Maxime Boudreault, Samuel Taillon,
François Dessureault, Gabriel Le Breton et Raphael Côté.

L’implantation d’Ubisoft dans la région, il y a un an, a eu un impact indéniable sur l’intérêt des jeunes qui travaillent dans le monde du jeu vidéo, en plus de montrer qu’il est possible de réaliser ce rêve au Saguenay– Lac-Saint-Jean. C’est ce que constatent des intervenants du domaine.

«Je pense que l’arrivée d’Ubisoft a réellement mis Saguenay «sur la map» comme une région qui peut elle aussi se démarquer dans les jeux vidéo», indique le cofondateur du studio de jeux vidéo indépendant Totema Studio, Samuel Taillon.

L’intérêt auprès des jeunes est d’autant plus grand. Devenir créateur de jeux vidéo est un travail de rêve pour beaucoup de petits garçons et de petites filles. Un changement de discours a notamment été entendu par Samuel Taillon, qui participe à de nombreux évènements avec Totema Studio. «Avant, on entendait les jeunes dire qu’ils voulaient faire des jeux vidéo. Maintenant, on les entend dire qu’ils veulent travailler chez Ubisoft», mentionne-t-il.

Une implication dans les évènements geeks

Dès son arrivée, Ubisoft s’est impliqué dans toutes sortes d’activités dans la région, ce qui a aidé à faire mousser la popularité du milieu au Saguenay–Lac-Saint-Jean. «Notre évènement a gagné en popularité auprès des gens. Les développeurs aspirants de jeux sont beaucoup plus motivés depuis que nous sommes partenaires avec Ubisoft», a indiqué le président du comité du WonderJam UQAC, William Déry. Durant cette convention de création numérique, Ubisoft fournit des juges qualifiés qui permettent aux développeurs d’avoir des critiques constructives sur leur projet.

Pour le Saggeek, une convention qui touche à tout ce qui a trait au milieu geek, l’arrivée d’Ubisoft a donné la motivation de continuer. «De voir Ubisoft arriver a été une façon pour nous de se dire «wow, ça vaut la peine de faire une convention au Saguenay, il y a assez de gens intéressés, la preuve, Ubisoft est venu s’installer». Ça nous a donné la motivation de continuer», mentionne le responsable des exposants au Sageek, Jimmy Dallaire.

Prometteur pour le futur

L’installation d’Ubisoft sur la rue Racine à Chicoutimi pourrait bien avoir un impact positif sur le développement d’entreprises de jeux vidéo indépendantes dans la région. Samuel Taillon mentionne qu’il arrive souvent qu’après quelques années, des employés d’Ubisoft, ou toute autre grande compagnie de jeux vidéo, quittent l’entreprise afin de se lancer dans leurs projets de création. «C’est un gros plus, puisque ça fait grossir le marché du jeu vidéo dans notre région», ajoute-t-il. En plus de ce possible accroissement, M. Taillon affirme que la région a ce qu’il faut pour développer des talents dans le milieu du jeu vidéo. «Nous on a un truc qu’on répète souvent, c’est l’expression Silicon Saguenay. On a cette idée que Saguenay a tout pour devenir un pôle de développement technologique. Nous avons la matière première, c’est-à-dire la matière grise des étudiants qui sont formés directement dans notre région», explique le cofondateur de Totema Studio.

Partagez :