Le cerveau humain analysé par Michel Rochon

221
0
Partagez :

Le journaliste Michel Rochon sortira un second essai abordant les neurosciences au temps des médias sociaux, du réchauffement climatique et du terrorisme.

Le livre, qui nécessite un travail de recherche journalistique de plusieurs mois, s’intitulera Au-delà de l’amour et la haine. L’essai se veut une réponse à la question : «pourquoi il y a tant de haine et pourquoi sommes-nous si haineux sur les réseaux sociaux?».

« Je vais expliquer comment le cerveau perçoit l’objet haineux, comment il perçoit l’amour, et comment on pourrait s’améliorer en tant qu’espèce si on veut survivre. Je vais tenter de jeter un regard éclairant pour expliquer les comportements qu’on a actuellement », explique le journaliste Michel Rochon.

« Pourquoi on développe le terrorisme et pourquoi n’arrivons-nous pas à contrer ça ? Qu’est-ce qui explique que nous avons de la difficulté à aimer notre planète et à aimer la cause de sauver la planète », c’est ce à quoi veut répondre, avec l’analyse du système nerveux, le vulgarisateur scientifique. 

Michel Rochon est physiologiste de formation et étudie les fonctions et les systèmes biologiques des êtres humains, végétaux et animaux. Après avoir travaillé pour l’émission Découverte à titre de journaliste scientifique et médical, il s’est lancé dans l’écriture d’un premier live intitulé Le cerveau et la musique, dans lequel il analyse le cerveau et ses interactions avec la musique.

Un apprentissage scientifique et… musical ?

Le Musée du Fjord s’est transformé, le temps d’un jeudi, en centre de conférence pour accueillir le journaliste et physiologiste Michel Rochon. Devant un petit public passionné d’une douzaine de personnes, armé d’un piano à queue, il a expliqué et vulgarisé un aspect complexe du cerveau : sa relation avec la musique.

En passant de l’histoire de la musique, au théorème de Pythagore, jusqu’aux parties les plus inusitées du cerveau, le physiologiste a établi les bienfaits de la musique sur le cerveau de l’humain.

Autant chez les autistes, que chez les personnes atteintes d’Alzheimer et les personnes vivant avec des douleurs chroniques, il a démontré que la musique fait naître quelque chose d’apaisant dans la vie de tous.

« Nous l’avons invité puisqu’il offre un mariage intéressant entre la science et les arts. C’est un scientifique, mais c’est aussi un artiste », a expliqué la directrice générale du Musée du Fjord et responsable de l’événement, Guylaine Simard. 

Partagez :