CIUSSS I De patients à partenaires

Le Focus groupe du mercredi 9 octobre avait pour thème la refonte du site web du CIUSSS

Pour améliorer les soins et services du CIUSSS, il faut chasser l’approche paternaliste pour laisser place à l’expérience du patient, selon l’agente de planification, de programmation et de recherche Marie-Ève Maltais.

Le CIUSSS met en place des outils qui permettent à ses services et à ses usagers de faire des recommandations et de la rétroaction.

«Il est important que nous nous adaptions au patient et pas le contraire. Sondages, boîtes à suggestions, gemba (observations sur le terrain), groupes de travail et entretiens individuels sont utilisés pour pointer du doigt les axes d’amélioration et y remédier. Il s’agit d’un changement de culture important qui figure parmi les meilleures pratiques», explique Mme Maltais.

La  Pige a pu assister à l’un de ces groupes de travail appelé «Focus groupe» sur la modernisation du site web en présence du vice-président du comité des usagers de Chicoutimi, René Bergeron, du coordonnateur aux événements et communications du Fonds de dotation Santé Jonquière, Jean-Francois Schuld, de la travailleuse sociale Mme Nathalie Lalancette et de l’inspectrice en alimentation Ève-Marie Simard.

Dans ce type de rencontres, l’avis du patient est recueilli pour de multiples points comme l’ambiance d’une salle d’attente, l’accessibilité au CIUSSS ou même les informations d’un futur dépliant.

Des patients partenaires

Dans cette mission, Mme Maltais dispose d’une cinquantaine de personnes ressources comme René Bergeron qui apprécie cette prise en considération. «Nous faisons des recommandations. Nous n’avons pas l’assurance que cela sera réglé, mais on nous écoute. Le fait que l’on nous prenne en considération est plaisant.» D’après M. Bergeron, l’une des problématiques récurrentes concerne le stationnement des institutions de santé de son secteur. «Il manquerait environ 600 places dans notre secteur mais le CIUSSS ne peut pas inventer des places. Le corridor d’écomobilité va, je l’espère, améliorer cette problématique.»

Gilles Gauthier, quant à lui, est un patient coach, c’est-à-dire qu’en plus de participer à des comités d’usagers, il aide les autres patients ressources. «Mon rôle est d’accompagner ces personnes et de répondre à leurs questionnements. Mon statut de personne handicapée depuis 58 ans et de retraité de l’Office des personnes handicapées fait de moi un usager avec une grande expérience du monde de la santé.»

La mission quotidienne de l’agente de planification, de programmation et de recherche, Marie-Ève Maltais, est d’analyser les besoins des usagers du CIUSSS.

Quels résultats ?

Gauthier affirme que l’énergie mise par le CIUSSS dans l’intégration des personnes ressources dans le processus d’amélioration des services est une réussite. «Avec ma participation à des comités directeurs sur l’accessibilité au CIUSSS, cette problématique est prise au sérieux. Désormais la moindre rénovation répond à ce besoin d’autonomie grâce à des rampes, toilettes adaptées et porte-automatiques. Il n’y a rien de plus frustrant pour une personne en quête d’autonomie de devoir attendre une aide pour ouvrir une porte.»

À propos de Pascal Gaxet

Pascal nous vient du vieux continent! Il a quitté ses contrées sudistes en France où le climat est chaud et tempéré et a traversé l'atlantique pour braver le froid saguenéen. Tout ce périple pour réaliser son désir de s'intégrer au monde du journalisme. Il fait donc partie de cette classe sociale que l'on appelle «les maudits Français». Il y a fort à parier que vous ne le maudirez pas, mais sa maturité et son sens de la répartie vous séduiront. Ouvert d'esprit, il s'intéresse plus aux autres qu'à lui-même. Il sait déjà que la meilleure façon de recevoir, c'est d'abord de donner. Le métier de journaliste lui sied à merveille, car le journalisme c'est savoir s'effacer pour mettre en valeur l'autre. Une première expérience estivale dans le salle de rédaction du Quotidien l'a conforté dans ce choix. Dans un coin de sa tête, il espère devenir journaliste spécialisé dans les domaines qu'il aime comme le sport (soccer) ou l'actualité mondiale, mais reste ouvert à tous les secteurs. Cette dernière année dans le programme Journalisme sera l'occasion de se pratiquer encore plus et d'assouvir sa soif de nouvelles jamais rassasiée.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …