Cri du cœur des soins intensifs

380
0
Partagez :

Le logo du CIUSSS (Photo : Index Santé)

 

Après avoir reçu une lettre de la part de l’équipe des soins intensifs de Chicoutimi, le 9 janvier dernier, la présidente-directrice générale du CIUSSS, Julie Labbé, s’est exprimé face à cette « urgente demande d’aide » qui lui a été signifiée lors de la séance régulière du Conseil d’administration mercredi soir.  

« On y énonçait l’état de détresse psychologique et de fatigue physique de l’équipe, les enjeux organisationnels pouvant compromettre la mission des soins intensifs de la catégorie 3A (qui offrent des services médicaux continus). On y décrit aussi les lieux physiques désuets et le lien de confiance fragilisé entre l’équipe et l’organisation concernant l’absence de stratégies organisationnelles », a témoigné l’infirmier aux soins intensifs de Chicoutimi, Kevin Tremblay. 

En se basant sur le rapport de 2018 réalisé par l’Institut national d’excellence en santé et en service sociaux (INESSS), M. Tremblay recommande aussi un ajustement des ratios infirmières-patients au sein de l’unité d’urgence, pour un ratio de 1 :1 (une infirmière pour un patient), qui représente « une norme privilégiée » pour assurer « un moindre taux de mortalité ».

 

Un engorgement dans les hôpitaux a amené l’épuisement de plusieurs spécialistes de la santé (Photo : Pixabay)

 

Mme Labbé a pris connaissance de la situation et compte poursuivre de sérieuses démarches en voie d’un changement.  

« Toutes les collaborations sont vraiment mises à contribution. Nous allons évidemment regarder le rapport de l’INESSS, continuer nos analyses avec nos équipes cliniques terrains en interdisciplinarité et voir comment s’inscrire dans de meilleures pratiques ».   

 Kevin Tremblay a toutefois indiqué que certaines mesures, comme la diminution de l’offre de service, le déploiement de la Direction des soins infirmiers (DSI) pour l’évaluation de l’organisation, et la charge de travail ont été priorisées et respectées. 

Nominations gratifiantes

Plusieurs nominations ont été effectuées, dont celle de Dr Jean-Benoît Bouchard comme nouveau président de la table régionale des chefs de département de médecine spécialisée pour un mandat de quatre ans. 

« C’est l’un de nos médecins encore très impliqué avec nous qui peut faire avancer la cause des enfants, mais aussi la cause du CIUSSS dans son amélioration », a déclaré Julie Labbé.

 La docteure Marion Dubois a quant à elle été nommée cheffe intérimaire du Département régional de médecine générale (DRMG). Décrite comme une « femme de cœur et dévouée », par Mme Labbé, le département s’estime « chanceux » de l’avoir à la tête de sa direction.

 La prochaine séance du Conseil d’administration aura lieu le 23 mars prochain, en direct sur le site internet du CIUSSS.

Partagez :