La parole de Jésus en Facebook live

 

Les préceptes millénaires de la bible se transmettent par voie orale et électronique.

Le Centre évangélique de Jonquière (CEJ) diffuse ses réunions bihebdomadaires en direct sur Facebook depuis près de cinq ans. «C’est un outil positif s’il est bien utilisé. C’est un véhicule, et ce que l’on fait avec le véhicule dépend du conducteur que vous avez», explique le pasteur Jacques Girard.

M. Girard, qui embrasse la fonction de pasteur depuis 1984, se donne comme mission de transmettre la parole de Jésus. La diffusion sur Facebook a pour but de permettre à tous les fidèles d’assister aux réunions, où qu’ils soient. Il n’est plus nécessaire d’être physiquement présent à la réunion. Quand un adepte ne peut pas venir à l’église, c’est l’église qui vient à lui. «Il faut penser à ceux qui ne peuvent pas se déplacer ou qui ont un empêchement. Au lieu de rater ce moment, on leur permet de le vivre ou de le revivre», dit-il.

Le CEJ accueille des profils hétéroclites et de tous les âges. «Il est important de s’adapter à la réalité de nos jeunes et adultes qui sont familiers avec la technologie. Des personnes qui nous ont côtoyés viennent de l’autre bout de la planète pour des études et repartent parfois. Cela leur permet d’être avec nous, même à des milliers de kilomètres.»

Le centre Évangélique de Jonquière

Une main tendue virtuelle

Le pasteur explique que les réseaux sociaux ne sont pas des ennemis et peuvent être des alliés s’ils sont utilisés à bon escient. Et ce, même dans la religion. «Si je ne peux pas assister à la réunion alors je peux le faire de chez moi, confie Fabien Rosina, un des utilisateurs des directs. Souvent je profite des directs en ligne quand je suis trop fatigué pour assister à une réunion le dimanche matin.»

Des moyens simples

Les diffusions en direct sur les réseaux sociaux ne nécessitent qu’une connexion internet et un cellulaire intelligent. «On ne vise pas la grosse qualité, mais il n’est pas exclu d’investir plus tard dans quelque chose de mieux. De plus, on envisage de placer les vidéos sur Youtube», explique le pasteur.

Les vidéos sont vues par une centaine de personnes chaque fois et près de 130 fidèles se déplacent pour assister aux réunions chaque semaine à Arvida. Le dimanche 27 octobre, trois personnes regardaient le direct derrière leur écran.

À propos de Pascal Gaxet

Pascal nous vient du vieux continent! Il a quitté ses contrées sudistes en France où le climat est chaud et tempéré et a traversé l'atlantique pour braver le froid saguenéen. Tout ce périple pour réaliser son désir de s'intégrer au monde du journalisme. Il fait donc partie de cette classe sociale que l'on appelle «les maudits Français». Il y a fort à parier que vous ne le maudirez pas, mais sa maturité et son sens de la répartie vous séduiront. Ouvert d'esprit, il s'intéresse plus aux autres qu'à lui-même. Il sait déjà que la meilleure façon de recevoir, c'est d'abord de donner. Le métier de journaliste lui sied à merveille, car le journalisme c'est savoir s'effacer pour mettre en valeur l'autre. Une première expérience estivale dans le salle de rédaction du Quotidien l'a conforté dans ce choix. Dans un coin de sa tête, il espère devenir journaliste spécialisé dans les domaines qu'il aime comme le sport (soccer) ou l'actualité mondiale, mais reste ouvert à tous les secteurs. Cette dernière année dans le programme Journalisme sera l'occasion de se pratiquer encore plus et d'assouvir sa soif de nouvelles jamais rassasiée.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …