Tout n’est pas rose dans la vente multiniveau

202
0
Partagez :

Certains anciens conseillers ayant quitté l’industrie du marketing multiniveau rapportent que les dommages psychologiques que ces entreprises leur ont causés n’en valent pas la chandelle. C’est d’ailleurs le cas de Corinne Boudreault, une ancienne vendeuse effectuant ce type de vente. 

« C’est tellement décourageant. Tu te questionnes beaucoup sur ce que tu fais de mal, tu te trouves mauvaise, a témoigné Corinne Boudreault, c’est beaucoup de stress de ne pas rentrer dans ton investissement. »

Alors que les membres haut placés des entreprises qui utilisent le marketing multiniveau exposent une vie qui semble parfaite sur les réseaux sociaux, l’envers du décor montre qu’au contraire, tout n’est pas rose. Stress, épuisement, éloignement des proches et dépression ne sont que quelques exemples de problèmes de santé mentale qui peuvent être causés par la vente multiniveau.

Une youtubeuse anti-marketing multiniveau et ancienne vendeuse au sommet dans trois compagnies différentes, Josie Naikoi, dénonce sur sa chaîne Not The Good Girl tous les problèmes reliés à ce type de vente à partir de son expérience. Elle a notamment rapporté avoir vu plusieurs vendeuses tomber malade à cause du stress causé par leur travail.

Elle a également témoigné avoir souffert elle-même de stress et d’épuisement et explique que les heures de travail sont astronomiques. Les vendeuses doivent être sur les réseaux sociaux presque 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour recruter, vendre des produits et supporter leur équipe, alors que de multiples études relaient qu’un temps d’écran trop élevé peut avoir des effets graves sur la santé.

« C’est beaucoup de travail. Faire des publications chaque jour, écrire à des gens, ajouter des personnes que tu ne connais pas, noter tout ce que tu fais, c’est beaucoup de gestion pour au final avoir une cinquantaine de dollars lors de ton premier mois », a rapporté Corinne Boudreault.

 

Un entourage pas toujours compréhensif

De plus, selon elle, la perception du public par rapport au marketing multiniveau rend le travail encore plus difficile sur le moral. « Les gens sont fermés comme des huîtres et se font une opinion basée sur ce qu’ils entendent. Expliquez-moi en quoi le fait que j’ai décidé de faire ça pour gagner ma vie mérite qu’on m’insulte, qu’on me ridiculise et rit de moi ? », s’est-elle questionnée.

Même après avoir quitté le système, Josie Naikoi a relaté avoir eu besoin de beaucoup de temps pour se remettre de tout le mal que lui a causé la vente multiniveau. Plusieurs femmes, qu’elle considérait comme ses amies, l’ont bloquée de leurs réseaux sociaux parce qu’elle avait quitté la compagnie.

Partagez :