mercredi , 17 août 2022

Dix jours pour combattre la violence sexuelle

Le 5 à 7 a été organisé par les étudiants de deuxième année en travail social. Crédit : Edward Sanger

 

Les élèves de deuxième année de technique en travail social ont lancé la campagne de prévention pour la lutte contre les violences à caractères sexuels au Café chez Ginette le 25 novembre dernier. Jusqu’au 6 décembre, une activité par jour sera présentée au Cégep de Jonquière pour informer et sensibiliser la communauté étudiante.

Depuis décembre 2017, l’établissement du Cégep de Jonquière a pour obligation d’avoir une politique pour prévenir et contrer les violences sexuelles. «En novembre dernier, nous avons eu une nouvelle politique interne pour donner des formations et des activités concrètes sur le sujet», raconte la travailleuse sociale, Émilie Tremblay.

C’est lors d’un 5 à 7 que les 56 étudiants de la technique ont donné le départ de la campagne de prévention. «En collaboration avec l’équipe psychosociale du Cégep, nous appliquons la théorie vue en cours d’intervention sociale», explique l’étudiante Sarah-Kim Gagnon. «C’est une campagne organisée par des élèves pour des élèves», rajoute-t-elle.

 

Programmation variée

Pendant 10 jours, les étudiants ont préparé plusieurs activités pour informer et sensibiliser l’ensemble la communauté collégiale. Parmi elles, il y aura l’exposition Que portais-tu ce jour-là ? qui démystifiera la culture du viol à l’aide de témoignages. Un couloir Choc intitulé Joyeux Noël ou pas… fera vivre une expérience en lien avec le harcèlement sexuel pour sensibiliser les gens sur le sujet.

 

Hommage

Cette programmation est aussi une commémoration pour le 30e anniversaire de la tuerie de polytechnique (6 décembre 1989) pour souligner la mémoire des 14 femmes qui ont péri ce jour-ci. «Cette journée prend encore plus de sens et il est important de le souligner», déclare Émilie Tremblay. Un mémorial sera présenté le 4 et 5 décembre prochain au pas perdu avec une minute de silence pour honorer les victimes.

À propos de Edward Sanger

Edward Sanger est originaire de la France. Il obtient sa double citoyenneté à l'âge de 6 ans. Edward a travaillé fort pour pouvoir tracer son chemin. Homme de ménage, boulanger, serveur ou encore barman, il ne dépend jamais des autres pour aller au bout de ses rêves. Passionné de la photographie depuis toujours, il participe à des concours et à des expositions dans le style du portrait. Souriant et désireux d'aider les autres, il projette de devenir psychologue photographe en art thérapie via les discussions. Pour le moment, il est photographe de lutte à Jonquière et il est à la tête d'un comité LGBT+. Edward Sanger ne connait pas le mot abandon. Il se relève après chaque coup pour gagner de l'expérience et se démarquer plus. Son prochain objectif, aider la communauté LGBT+ dans les médias.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …