mercredi , 10 août 2022

Inauguration du pavillon d’écomobilité de l’UQAC

La construction du pavillon et de la station UQAC ont commencé en mai dernier. Photo: Olivier Savard

Le nouveau pavillon d’écomobilité de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) a officiellement ouvert ses portes mercredi matin, après plusieurs mois de travaux. Il marque l’accomplissement du corridor d’écomobilité, qui a accueilli un bâtiment supplémentaire.

Le pavillon est le quatrième et dernier bâtiment du projet du corridor d’écomobilité à ouvrir. La Station du Royaume, située près du Costco, est en effet entrée en fonction la semaine dernière, à la suite de la Station UQAC (janvier) et de la Station Grand Séminaire, située au Cégep de Chicoutimi, qui est accessible depuis octobre.

Le pavillon est destiné à tous, et vise également à devenir un lieu de rassemblement pour les étudiants. Photo: Olivier Savard

L’ouverture du pavillon s’inscrit dans la démarche de la STS d’offrir un meilleur environnement aux utilisateurs des transports en commun ainsi que de mettre ses infrastructures à jour, une initiative qui est supportée par l’UQAC. «On a tout changé la configuration du campus à la suite de ce projet-là. Il n’y avait pas de terminus; il y avait des abribus standards, mais là on a construit tout ça. C’est vraiment nouveau comme façon d’aborder le transport en commun sur le campus même. On est maintenant une pierre angulaire du transport en commun, il y a des autobus qui font désormais des transferts ici», explique la directrice du service des communications de l’UQAC Marie-Karlynn Laflamme. Le pavillon, qui est destiné à tous, comprend une mezzanine, le Wi-Fi gratuit ainsi qu’une nouvelle cafétéria/dépanneur, nommée L’Escale.

La station UQAC est le deuxième bâtiment du corridor d’écomobilité à avoir été mis en fonction. Photo: Olivier Savard

Augmentation de 3,6 millions $

L’incorporation de la Station du Royaume et du stationnement incitatif dans le projet du corridor d’écomobilité a augmenté le coût du projet de près de 3,6 millions $, puisque le corridor ne prévoyait que la construction de trois bâtiments. Les coûts, qui étaient alors annoncés être à hauteur de 12,3 millions $ en juin dernier, ont finalement augmenté pour atteindre 15,9 millions $.

Une subvention des gouvernements fédéraux et provinciaux de 14.1 millions $ a couvert près de 90% des frais, laissant néanmoins une facture de 1,7 million $ à la STS, soit une augmentation de 531 000 $ face au projet d’origine, qui n’incluait pas la construction de la Station du Royaume.

«Porte ouverte» pour agrandir le corridor

La conseillère aux communications de la STS Claudia Bolduc n’a pas rejeté l’idée d’un agrandissement du corridor d’écomobilité afin d’inclure les autres arrondissements, mais rien n’est présentement prévu à cet effet. «On souhaiterait évidemment un agrandissement du corridor, mais il nous faut des partenaires solides. La STS n’est pas capable à elle seule d’assumer les coûts pour un projet de cette envergure. Idéalement, le corridor d’écomobilité actuel, qui inclut les quatre bâtiments, ne serait que la phase I d’un plus gros projet, mais rien n’est encore sur la table. On laisse quand même la porte ouverte», confie Mme Bolduc.

À propos de Olivier Savard

Véritable bleuet du Lac, Olivier Savard est un étudiant de Chambord âgé de 20 ans qui a des ambitions de journalisme international. Ses origines demeurent néanmoins bel et bien présentes, à en témoigner par l'accent à saveur locale, teinté de Red Champagne, de fromage en crottes et de tourtière. L'authenticité ainsi que le respect font donc partie intégrante de ses valeurs. Passionné de tout ce qui concerne l'automobile, il garde toujours un certain intérêt pour le journalisme automobile, mais également pour le sport auto ainsi que pour les différentes scènes et mouvements de l'industrie. Que ce soit pour parler de rallye, de Formule 1, de voitures importées, du ratio puissance/litre d'un moteur ou de hors-route, il va s'y intéresser. Il ne faut cependant pas penser qu'il n'a pas d'autres champs d'intérêt. La politique internationale comme l'histoire contemporaine de la civilisation occidentale, sans oublier le tourisme ou la psychologie: ces choses font également partie de ses domaines d'intérêt.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …