Wonderjam UQAC | Plus de 100 participants encore cette année

218
0
Partagez :

Depuis son arrivée à l’UQAC, Vincent Plourde, qui en est à sa dernière année de baccalauréat en conception de jeux vidéo, a pris part à tous les Wonderjam. (photo: Pierrick Pichette)

L’engouement porté envers les événements Wonderjam de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) ne se dément pas avec les années. Après avoir rassemblé 128 mordus de jeux vidéo l’an dernier, ce sont 126 participants qui relèveront le défi pour cette édition, qui se tiendra ce week-end au centre social de l’université.

«Lors de la première édition, nous n’avions pu attirer que trois équipes pour participer. La popularité de l’événement a donc beaucoup augmenté avec les années, parallèlement au gain de notoriété du baccalauréat en jeu vidéo de l’UQAC. De plus, bon nombre d’étudiants internationaux s’intéressent à ce domaine et nous permettent d’assurer un fort taux de participation chaque année», a fait savoir le président du comité organisateur de l’événement, Vincent Plourde.

Ainsi, dès 16h vendredi jusqu’à la même heure dimanche, ces nombreux passionnés remueront leurs méninges afin de concevoir le meilleur jeu vidéo possible en 48 heures selon un thème et des styles imposés.

Au terme de cette période, quatre juges professionnels issus des principaux commanditaires de l’événement, soit Ubisoft Saguenay ainsi que Beenox, détermineront l’équipe gagnante. Pour ce faire, ils se baseront sur le degré de divertissement et sur la qualité du jeu.  Les champions de la compétition se verront offrir une bourse de 1000$ de la part du département.

Selon Vincent Plourde, le Wonderjam UQAC 2020 propulsé par Ubisoft Saguenay constitue une opportunité en or pour tous ceux et celles qui souhaitent œuvrer dans le domaine de l’informatique de prendre de l’expérience en conception.

«Je crois presque que ça devrait être obligatoire pour tous les étudiants du bac en jeux vidéo. Ça représente une chance unique de développer ses connaissances et de mousser son portfolio comme concepteur. De plus, prendre part à un événement comme le Wonderjam témoigne d’une passion certaine envers ce domaine, ce qui intéresse grandement les compagnies», soutient le président du comité organisateur.

Partagez :