Faire du Forex son gagne-pain

223
0
Partagez :

L’entraineur adjoint des Tigres de Victoriaville dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), Maxime Desruisseaux, en compagnie de quelques joueurs de l’organisation. Photo: courtoisie

Le Forex, ou le marché des devises, est une pratique qui est de plus en plus répandue au Québec, si bien que pour certains, il n’est pas moins qu’un gagne-pain. Toutefois, les techniques peuvent varier d’une personne à l’autre.

Le Forex est un dérivé de la bourse. « Au lieu d’acheter et de vendre des actions d’entreprises, il faut acheter des devises monétaires comme l’euro et le dollar canadien. Dans la pratique du Forex, il faut jouer avec le taux de change de la monnaie. Ensuite, quand il augmente et descend, il faut manipuler la différence de profit », explique Alexandre Putto qui exerce la pratique du Forex à temps plein depuis cinq ans.

Il a mis fin à ses études pour fonder le site DestinyFxc ainsi que la page Facebook qui porte le même nom. Celle-ci a été créée dans le but d’apprendre aux gens le fonctionnement du Forex.

Lentement, mais sûrement

Selon M. Putto, le Forex n’est pas quelque chose qui s’adresse à tout le monde. Il a d’ailleurs mentionné qu’il est possible d’en faire une carrière, mais que la pratique du Forex est très versatile et peut avoir des impacts psychologiques sur certains participants : « Quelqu’un peut commencer à faire de l’argent en l’espace d’un an, tandis que pour un autre, ça peut lui prendre environ quatre ans. C’est difficile pour le mental, mais c’est important d’être patient et de ne pas agir sur un coup de tête », a-t-il affirmé.

Choisir un mentor

Le Forex implique des connaissances théoriques et pratiques. La maîtrise des notions de ces deux parties est nécessaire pour faire du profit.

Alexandre Putto a plusieurs conseils à donner aux personnes qui veulent s’élancer dans la pratique du Forex. Il croit qu’il est plus avantageux de payer un mentor que d’apprendre la matière par soi-même et qu’il est important de viser le long terme pour aller chercher un gros capital.

Alexis Fortier-Leblanc, un amateur de cette pratique a lui aussi choisi d’apprendre la portion théorique avec l’aide de mentors : « Dans mes débuts, j’ai payé pour un abonnement qui m’a permis d’en apprendre sur certains éléments du Forex. J’ai eu droit à 5000 heures d’apprentissage et ça a porté fruit ».

Partagez :