Les vaccins, un mal nécessaire?

226
0
Partagez :
vaccins

Les vaccins sont souvent vus comme un mal nécessaire, mais pourquoi sont-ils essentiels? Pourquoi certaines personnes préfèrent ne pas se faire vacciner? Selon les experts, le manque d’information ou la désinformation peut créer plusieurs craintes non justifiées relativement à une pratique médicale qui a fait ses preuves.

Le principe de base de la vaccination est assez simple. Le pharmacien aux nombreuses fonctions, plus connu sous le nom de Pharmachien, Olivier Bernard, y a d’ailleurs concentré un épisode de sa série Les aventures du Pharmachien. Il y explique qu’un microbe inactif est volontairement introduit dans le système immunitaire du patient pour que son système de défense l’élimine à l’aide d’anticorps.

Il existe quatre principaux types de vaccins. D’abord, le vaccin vivant atténué en est un avec un microbe affaibli, mais assez fort pour qu’il simule le vrai virus. Ensuite, le vaccin inactivé ou « mort » en est un avec le microbe mort, mais ayant toujours les composantes simulant le vrai microbe. Il y a aussi le vaccin en sous-unité qui en est un avec des petits morceaux du microbe qui ne sont pas dangereux. Finalement, il existe le vaccin conjugué qui utilise un « faux microbe » qui se fait passer pour le vrai.

vaccins

Le vaccin sert à créer la réaction du corps humain avant son exposition à un pathogène, selon le pharmacien Benoît St-Amant.
Photo : Anick Berger

Un microbe pour combattre les virus?

Le fait d’injecter un virus peut effrayer. L’anthropologue et chercheuse au centre de recherche du CHU de Québec, Ève Dubé, mentionne qu’il est tout à fait légitime de se poser des questions et d’avoir des craintes face aux vaccins, car ceux-ci sont peu expliqués au grand public. Toutefois, les gens se doivent de poser leurs questions aux bonnes personnes.

Le pharmacien Benoît St-Amant affirme que le virus injecté dans un vaccin est sous forme inoffensive. « Le système immunitaire va combattre un « faux virus », ce qui fait que, quand le vrai virus pourrait entrer dans le corps, l’armée du système immunitaire sera déjà faite. Les anticorps contre le virus existent déjà dans le système », a expliqué Benoît St-Amant.

Composantes

Il existe quatre grandes familles de composés dans les vaccins : les microbes, les adjuvants (amplifiant la réaction immunitaire du vaccin), les agents de conservation et les molécules qui stabilisent le vaccin. Microbiologiste agréé, Patrick Paquette affirme que les adjuvants servent à rendre la mise en scène du « faux microbe » crédible pour le système immunitaire.

De plus, il rappelle que certains ingrédients que contiennent les vaccins font peur alors qu’ils ne devraient pas. Par exemple, le thimérosal est un composé organomercuriel, qui agit comme agent de conservation, et qui est totalement sécuritaire, mais le mot mercure effraie. Pourtant, le Pharmachien confirme qu’une canne de thon contient deux fois plus de mercure qu’une dose de vaccin contre la grippe et personne ne s’empêche d’en manger.

Partagez :