Commerçants et clients affichent leur bonne humeur

Les restaurants et les commerces non essentiels pouvaient rouvrir leurs portes à partir d’aujourd’hui dans les six régions en zone orange, dont le Saguenay̶ Lac-Saint-Jean. Cette réouverture est vue comme un vent d’air frais par des commerçants régionaux.

« J’étais extrêmement de bonne humeur d’aller travailler ce matin. C’est rare que tu sois content de pouvoir aller travailler », laisse tout bonnement tomber un employé du David’s Tea de Place du Royaume, Steve Tremblay. Selon lui, les clients et les autres détaillants étaient d’une bonne humeur visible. « Ça se sent partout quand on marche dans le centre commercial, surtout à l’aire de restauration. Les gens se parlent, sourient. C’est vraiment une belle ambiance. »

Loin d’être seulement bon pour le moral, ce déconfinement des magasins les aide dans leurs ventes. « C’est très achalandé, ça paraît que les gens s’ennuyaient de magasiner. On fait de bonnes affaires depuis ce matin », explique une employée du EB Games de Chicoutimi, qui ne voulait pas être nommée. Une observation aussi faite par Steve Tremblay. « Il y a des gens pour cette première journée. Ça fait du bien, car on dirait un petit retour à la normalité », se réjouit-il.

Les clients étaient eux aussi d’avis que cette réouverture signifie un certain retour à la normale. « Ça fait du bien de pouvoir sortir, voir des gens. Ça nous montre que ce virus va nous laisser tranquilles un jour », a exprimé un client, Réal Simard, en sirotant son café.

Patience

Certains commerçants, malgré cette permission de rouvrir, préfèrent rester patients. C’est le cas du propriétaire du restaurant Chez Bébé, dans l’arrondissement de Jonquière, Michel de Montigny. « Nous sommes déjà bien rodés avec la livraison et le take out. Je préfère attendre au 22, date à laquelle le gouvernement nous donnera plus d’informations, avant de rendre accessible ma salle à manger », justifie M. de Montigny.

Bien qu’il se dise content de voir cet allégement des mesures, qui aidera selon lui plusieurs restaurants et magasins, le restaurateur de Jonquière estime que les enjeux de logistique et de mesures sanitaires seraient trop compliqués à respecter dans son petit restaurant. Il n’estime toutefois pas que cela nuira à l’achalandage de Chez Bébé, car ses clients se sont selon lui habitués aux nouvelles formules.

 

Chez Bébé
Le restaurant Chez Bébé n’ouvrira pas sa salle à manger, malgré la permission gouvernementale. (Photo : Anthony Ouellet)

À propos de Anthony Ouellet

Tout droit sorti du froid nordique de Chibougamau, Anthony Ouellet a rapidement trouvé sa place au Cégep de Jonquière. Rigolo à temps perdu, le jeune homme combine son amour pour l’écriture et sa passion pour l’actualité en tout genre pour livrer des textes de qualité aux lecteurs qu’il chérit tant. Bien qu’il se passionne pour la majorité des sujets, son emploi de rêve est de remplacer le bon vieux Jean-René Dufort à la barre d’Infoman. Sinon, journaliste parlementaire, sportif ou d’enquête feraient amplement l’affaire du jeune homme. En additionnant son humour sarcastique à son éthique de travail hors du commun, Anthony ravivera la joie de vivre dans tous les studios, salles de nouvelles et salles de rédaction qu’il visitera. Au volant de sa rutilante Honda Accord 2005, aucune couverture ne lui échappe. Planteur d’arbres dans ses temps libres, il a su perfectionner son art journalistique au journal la Sentinelle l’été dernier, le rendant ainsi un véritable artisan de l’information.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …