Vaccination contre la COVID-19 : un geste pour contrer les variants, selon des scientifiques

192
0
Partagez :

La vaccination contre la COVID-19 est une pratique sans danger, qui contribue à freiner la propagation de nouveaux variants, selon plusieurs experts. Photo : Coralie Laplante

La vaccination contre la COVID-19 protège d’abord chaque individu d’une forme plus grave de la maladie, avant de contribuer à l’immunité collective. C’est le message qu’a voulu passer jeudi le médecin spécialiste de santé publique de Saguenay, Jean-François Betala Belinga, afin d’accroître l’acceptabilité du vaccin au sein de la population, alors que la transmission de variants étrangers du virus sévit.

M. Betala Belinga faisait partie des six experts à prendre part au Café scientifique « COVID-19 : vos questions sur la vaccination », présenté par Le Centre intersectoriel en santé durable de l’UQAC. Les professionnels, notamment spécialisés en virologie et en immunologie, ont démystifié plusieurs aspects de la vaccination contre la COVID-19.

« On considère que c’est à peu près le tiers de la population qui hésite à se faire vacciner », a déclaré la médecin et membre du Comité sur l’immunisation du Québec, Maryse Guay. Celle qui s’intéresse aux individus réticents aux vaccins a expliqué que ce sont l’efficacité et l’innocuité des vaccins qui pèsent dans la réflexion des citoyens. Puisque le vaccin contre la COVID-19 est récent, plusieurs personnes doutent du second aspect.

M. Betala Belinga a ajouté que certains individus ne voient également pas l’utilité de se faire vacciner dans une optique communautaire. Le médecin considère toutefois que la vaccination est aussi un geste « égoïste », car elle diminue les risques de complications liées au virus. « On court un risque qui est 1 000 fois moindre d’avoir un effet indésirable après la vaccination, par rapport au fait d’avoir la COVID et d’aller à l’hôpital », a-t-il expliqué.

Le virologue Benoît Barbeau a affirmé qu’ « il faut se rappeler que tous les vaccins sont présentement basés sur une seule séquence [virale]. Or, les variants de l’Afrique du Sud et du Brésil ont des changements qui les rendent un peu moins facilement neutralisables par l’ensemble des [vaccins] testés actuellement ».

Les spécialistes ont précisé qu’il est difficile de prédire de quelle façon un virus va muter, ce pour quoi il est essentiel de limiter la propagation de la COVID-19. Les vaccins demeurent pour l’instant efficaces, mais leurs résultats sont suivis de près par la communauté scientifique.

Un vaccin sécuritaire

Les experts du panel ont clarifié que même si le vaccin contre la COVID-19 a été élaboré rapidement, il est très sécuritaire. « On n’a pas coupé [d’étapes dans la procédure], on a eu l’opportunité d’avoir des étapes qui se sont faites de manière juxtaposée », a déclaré Mme Guay. Le fait que le monde entier se penchait sur un même vaccin a aussi entraîné un partage d’informations important.

Partagez :