Josée Néron promet encore un nouvel amphithéâtre

143
0
Partagez :

La construction d’un nouvel amphithéâtre dans la Zone ferroviaire pour remplacer le Centre Georges-Vézina est promise par la mairesse sortante, Josée Néron.   

Le coût de ce projet s’élèverait à 40 millions de dollars. Celui-ci viendrait répondre aux demandes quant aux normes de sécurité de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). 

Selon Mme Néron, la Ville de Saguenay et les Saguenéens auraient le droit, comme toutes les autres villes qui ont construit un tel projet, à une subvention de la part du gouvernement du Québec, qui comblerait pratiquement la facture complète. L’engagement clair de la part du gouvernement est primordial pour obtenir un décret et financer le projet. 

En avril dernier, la Ville s’était vu refuser sa demande de subvention pour aller de l’avant.  

Selon Mme Néron, la ville avait dû passer, à l’époque, par une multitude d’étapes que les autres villes n’ont pas eu à franchir. 

« Quand on regarde d’autres municipalités, qui n’avaient même pas d’équipe de hockey, elles ont bénéficié d’une aide allant jusqu’à 66% du montant total, donc je ne vois pas pourquoi la Ville de Saguenay ferait exception », a précisé la mairesse sortante avec conviction. 

Elle souhaite profiter de la construction de cet amphithéâtre afin d’attirer des grands spectacles, tel que le Cirque du soleil. 

« C’est un projet phare pour Saguenay. Cet amphithéâtre deviendrait la maison des Saguenéens. Actuellement, il y a nulle part à Saguenay qui permet d’accueillir des grands spectacles qui obligent d’accrocher des choses au plafond », a exprimé Josée Néron.

Elle promet également de conserver le Centre Georges-Vézina pour le Club de Patin de vitesse des Comètes de Chicoutimi.  

Un centre-ville branché 

Dans un prochain mandat, Josée Néron souhaite également moderniser le centre-ville de Chicoutimi dans le but de le rendre plus attractif et dynamiser le secteur. 

« Je veux que le centre-ville de Chicoutimi redevienne un quartier où il fait bon de vivre, on veut lui redonner une âme », affirme Josée Néron.  

Elle souhaite attirer les étudiants, les jeunes professionnels et de convaincre des entreprises du numérique dans cette partie de la ville.  

« On souhaite que les gens choisissent le centre-ville pour leurs sorties, un souper au restaurant, pour prendre un verre ou pour faire des achats », ajoute la cheffe de l’ERD 

Josée Néron et son parti souhaitent déménager le terminus de la STS, actuellement sur la rue Bersimis, sur la rue Lafontaine pour compléter le corridor d’écomobilité. Le terrain inoccupé par la STS deviendrait un secteur résidentiel ou commercial.  

 

Partagez :