Qualité de l’air : des écoles de la région munies d’échangeurs d’air

188
0
Partagez :

Les centres de services scolaires (CSS) des Rives-du-Saguenay, du Pays-des-Bleuets et du Lac-Saint-Jean ont installé des échangeurs d’air dans plusieurs de leurs écoles. Cette démarche fait suite à la volonté du ministère de l’Éducation (MEQ) d’améliorer la qualité de l’air dans ces établissements.

Les écoles Saint-Félix à Saint-Félix-d’Otis et Médéric-Gravel à La Baie sont les deux établissements du CSS des Rives-du-Saguenay à avoir reçu des échangeurs d’air.

Rappelons qu’en janvier 2021, le gouvernement a dévoilé un rapport sur la qualité de l’air dans les écoles du Québec. Sur les 1369 classes évaluées, un peu plus de la moitié se situaient sous la valeur cible des 1000 parties par million (ppm) de CO2 souhaitée par le MEQ. Les CSS ont été invités à apporter des mesures correctives dans les classes au-dessus de ce seuil. Celles avec une concentration supérieure à 2000 ppm devaient agir immédiatement. Une plus grande indulgence a été accordée à celles situées entre 1000 et 1999 ppm. L’installation d’échangeurs d’air est une solution suggérée par les chercheurs de ce rapport.

Une concentration importante de CO2 entraînerait des maux de gorge, des écoulements nasaux et des pertes de capacité à l’effort mental, en plus d’être liée à la propagation de la COVID-19.  Photo : CSS De La Jonquière

« Dans le cas de l’école Saint-Félix, c’est un local qui, selon la disposition de l’école, n’a pas de fenêtre, alors c’était impossible de pallier le taux de ppm par l’ouverture de fenêtre », explique la conseillère en communication du CSS des Rives-du-Saguenay, Claudie Fortin. Quant au pavillon Au Millénaire à la Baie, les tests effectués indiquaient un « léger dépassement » du taux de CO2 par rapport à la norme exigée.

Du côté du centre de service scolaire du Pays-des-Bleuets, il a fait la demande pour recevoir 16 échangeurs d’air pour quatre de ses écoles. Selon sa conseillère en communication, Marie-Ève Bernard, le CSS a délibérément fait le choix d’installer ces appareils et n’avait aucune obligation de la part du MEQ puisqu’aucune de ses écoles n’a un taux supérieur à 2000 ppm.

« Afin d’assurer aux élèves et membres du personnel un environnement plus sain et propice aux apprentissages, notre Service des ressources matérielles a décidé d’appliquer des mesures plus strictes et d’installer des échangeurs d’air », affirme-t-elle. Les appareils ont été mis en place au courant de l’été jusqu’au début septembre.

Le MEQ a fourni les appareils, mais les centres de services scolaires étaient responsables de l’installation et devaient en payer les frais. Il n’est pas prévu que d’autres échangeurs d’air soient installés, mais des lecteurs de CO2 sont attendus d’ici décembre prochain.

Partagez :