Un déménagement stratégique pour Objet Rejet

69
0
Partagez :

La Frip, Rétro Shop est un vendeur permanent chez Objet Rejet.

La boutique de vêtements et de décorations rétro Objet Rejet déménagera à la mi-mai sur le boulevard Harvey à Jonquière. Le magasin est présentement situé dans le quartier industriel de Jonquière, ce qui affecte sa visibilité. 

David Veillette

La propriétaire Marilyn Bouchard voit le déménagement de son magasin comme une opportunité à ne pas manquer. « Ce n’est pas une place que tu vas voir en passant. Tu ne peux pas dire ah je vais arrêter là. Il faut que tu le saches et c’est ça le problème. On est à travers des [camions lourds], on n’a pas de salle d’essayage, ce n’est pas un lieu approprié pour ça. » 

Objet Rejet achète ses articles dans les friperies, les ventes-débarras, les fermetures de maison pour ensuite les revendre. Marilyn Bouchard se promène à travers le Québec, l’Ontario et même lors de voyages en dehors du pays. C’est ce qu’on appelle de l’achat de seconde main international. 

La propriétaire du commerce prend en considération beaucoup d’éléments afin d’en arriver à un prix juste. « Je vais regarder des sites, je vais regarder les vendeurs comment ils vendent leurs articles. […] Je vends toujours un pourcentage de moins qu’en ligne […] environ 20 ou 30 % que la valeur que je vois », a expliqué Marilyn Bouchard. 

La propriétaire récolte des vêtements et des objets qui sont tendances, ce qui attire davantage les jeunes. « Notre tranche d’âge c’est 16 à 25 ans majoritairement, mais j’aimerais ça aller chercher du monde encore plus vieux 35 à 40 ans. […] J’ai l’impression que la mentalité au Saguenay, pour le vintage ou le seconde main, les gens sont super fiers, donc vu que ce n’est pas neuf [ils ne vont pas acheter] », a affirmé Marilyn. 

« La clientèle du magasin a augmenté au cours des derniers mois. On dirait qu’à chaque mois, ça devient de plus en plus populaire, il y a de plus en plus de monde qui en entend parler parce qu’au Saguenay ce n’est pas commun des friperies comme ça, il y en a plus à Montréal ou Québec », a mentionné l’employée Dylan Lapointe. 

 

La boutique est divisée en deux sections : Les objets et les vêtements. 

Le prochain magasin aura la même structure que la boutique actuelle. Des sections unisexes, variées et colorées, accueilleront les clients à la mi-mai. D’autres commerçants de seconde main pourront également vendre leurs articles dans la nouvelle succursale. 

 

 

Partagez :