La pauvreté en canne

193
0
Partagez :

L’évènement a été organisé par 15 personnes et chaque boîte de conserve sera distribuée dans la région pour conscientiser la population. 
Photo : Roxane Tremblay

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’organisme Collectif pour un Québec sans pauvreté du Saguenay-Lac-Saint-Jean a voulu sensibiliser la population à la pauvreté mardi en présentant la murale artistique « Les mots à la bouche » au Côté-Cour à Jonquière. L’évènement est aussi lié à la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté du 17 octobre. 

« Nous avons réalisé ce projet parce qu’on trouvait que les élus ne parlaient pas assez de la pauvreté et des moyens pour aider les gens qui sont dans ces situations », explique l’organisateur communautaire, Yoan Vaillancourt. 

La mosaïque de 400 cannes de conserve forme un panier d’épicerie pour démontrer à quel point manger peut-être difficile quand on n’a pas les moyens, selon un membre du Collectif, Sylvia Pilote. Des aliments susceptibles de se retrouver dans le panier d’épicerie d’une personne dans le besoin ont été dessinés sur chaque boîte de conserve, ainsi qu’une charte des malheurs nutritifs.

À l’intérieur des cannes se trouve un petit dictionnaire intitulé le « Pauvre Petit Robert » qui comporte des définitions chocs pour expliquer le point de vue des gens dans le besoin par rapport à certains termes.Les candidats présents sur place ont d’ailleurs été invités à lire à voix haute une définition de leur choix.

Une définition du Pauvre Petit Robert. Mois : une misère à rebours, riche 1 jour et pauvre 30 jours. Photo : Roxane Tremblay 

 Plusieurs personnes en difficulté ont été invitées à l’évènement pour partager leur misère du quotidien. Un membre du Collectif, Monique Marcoux, explique qu’avec une aide financière de 708 $ par mois, après avoir payé le loyer, le téléphone, l’électricité, il ne lui reste que 143 $ pour se nourrir. « Quand tu ne manges pas à ta faim, tu n’as pas envie et l’énergie pour faire de nouvelles choses », ajoute-t-elle. 

Parmi les candidats aux élections municipales, Julie Dufour a mentionné entendre cet appel à l’aide et dit porter une attention particulière à cet enjeu. « Je sens qu’il y a un gros délaissement des gouvernements supérieurs à ce sujet et qu’il faut être plus à l’écoute des organismes communautaires qui aident les gens dans le besoin. » 

Une grande affiche représentant la situation financière des gens au Québec a également été présentée. « Ce qui est le plus dur dans la vie, c’est de changer la conscience des gens et il y a tellement de préjugés sur les personnes pauvres. La meilleure façon de tuer quelqu’un c’est de lui dire que c’est un bon à rien », déplore l’illustratrice de l’affiche, Lynn Gauthier.

Partagez :