dimanche , 5 décembre 2021

Garderies : plus de 900 nouvelles places à venir dans la région

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec et responsable de la région Saguenay-Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, à gauche et le ministre de la Famille et responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, à droite.

Environ 915 places dans les garderies et centres de la petite enfance (CPE) vont être ajoutées dans la région. L’annonce a été faite lundi soir par le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, à la salle de congrès de l’hôtel La Saguenéenne lors de la présentation du plan d’action pour les nouvelles places en services de garde éducatifs à l’enfance dans la région.

Ce plan se sépare en six points qui se déclinent par la création de places pour les familles, la contribution à une plus grande équité financière, l’accroissement de l’efficacité du réseau pour un meilleur développement, la consolidation du milieu familial, l’assurance de la présence d’une main-d’œuvre qualifiée en nombre suffisant et enfin permettre une meilleure égalité des chances. Le plan se divisera par la suite en 45 mesures concrètes dans les textes de loi.

Au Québec, ce sont 17 000 places de plus qui seront ajoutées aux 20 000 déjà présentes. Le projet s’étalera sur 4 à 5 années, selon les dires du ministre de la Famille. Pour permettre la création de ces places, le gouvernement lance un appel d’offres qui a pour seule date d’arrêt l’obtention des 17 000 places supplémentaires annoncées. Cela permettra aux personnes qui souhaitent ouvrir un centre de la petite enfance ou une garderie de faire leur demande. De plus, le gouvernement allège le processus de création d’un CPE en passant de 17 à neuf étapes.

« On est capables de transformer des places à 40, 50, 60 dollars la journée en des places à 8,50, mais bien sûr, il faut commencer tranquillement », a lancé M. Lacombe lors de la mêlée de presse. Un projet de 3500 places converties faisant figure de projet pilote va se terminer dans quelques mois. Lorsque les résultats seront récoltés, le gouvernement fera un bilan. « On parle d’énormément d’argent public donc il faut s’assurer qu’on le fasse de la meilleure façon possible », a continué le ministre.

La modification du crédit d’impôt pour frais de garde d’enfants (CFGE) a aussi fait parler d’elle hier soir. Selon Mathieu Lacombe, « cette mesure va permettre d’assurer plus d’équité financière entre les parents, en modifiant le crédit d’impôt et le rendant plus généreux. » Ce changement sera annoncé lors de la prochaine mise à jour économique, le mois prochain, par le ministre des Finances, Eric Girard.

À propos de Marius Fagot

Marius Fagot vient d’un petit village de France situé à côté de Reims. Dernier enfant d’une fratrie de quatre, il est parti de chez lui à 17 ans, plein d’ambition, pour rejoindre le froid nordique. Marius est né curieux, intéressé et n’a jamais cessé de poser des questions à toutes personnes qu’il croisait, il est passionné de politique internationale, d’économie, mais aussi de sujets plus précis comme la lecture, l’horlogerie ou le sport électronique. Cet apprenti journaliste souhaite s’instruire tous les jours tout en partageant les informations qu’il a obtenues puisqu’il pense, tout comme Léon Tolstoï, que « la vérité doit s’imposer sans violence ». C’est dans cette quête de vérité et de partage que Marius a choisi le journalisme et que toute sa vie s’est tournée vers ce métier qui le passionne tant, notamment en travaillant pendant trois ans en tant qu’animateur radio lorsqu’il était en France puis désormais en Art et technologie des médias (ATM) au Cégep de Jonquière.

À voir aussi

BULLE

Prendre un accent : question de s’intégrer

Établie au Québec depuis 20 ans, le marseillais d’origine, Marc Guiol se surprend à prendre …