Déménagement : la Maison de quartier gagne son pari

289
0
Partagez :

Les attentes du directeur général, Marc Gagnon, ont été surpassées, alors que la clientèle s’est énormément diversifiée. (Photo: Alexis Harvey)

Tout va pour le mieux à la Maison de quartier de Jonquière depuis son déménagement à Kénogami il y a huit mois. Les attentes des responsables sont même dépassées avec une diversification de la clientèle. 

Selon le directeur général de la Maison de quartier, Marc Gagnon, les deux emplacements sont complètement différents et c’est pour le mieux. Le changement le plus important est la superficie. L’espace de vente a pratiquement triplé si on la compare à celle de la bâtisse sur la rue du Vieux Pont, ce qui aide à ce que l’espace soit beaucoup mieux organisé. 

En étant maintenant situé sur la rue Sainte-Famille, l’organisme est beaucoup plus accessible et le stationnement, beaucoup plus grand. Il est également plus simple de déposer du matériel pour les gens qui souhaitent faire des dons de toutes sortes. Des débarcadères sont également disponibles. C’est donc beaucoup de nouveau pour l’organisme. « Les gens redécouvrent la Maison de quartier, avec une offre beaucoup plus intéressante », explique le directeur général.

La grandeur du local a permis à la Maison de quartier d’accueillir des partenaires à l’intérieur de ses murs. L’épicerie communautaire Halte-ternative et le CES informatique se sont également installés dans les locaux. Ces différentes offres de services et la nouvelle stratégie plus dynamique de la Maison de quartier attirent plus de gens mais elles aident surtout à la diversification de la clientèle. Marc Gagnon raconte qu’il reconnait des visages de clients qui allaient déjà à l’ancienne Maison de quartier, ce qui veut dire que malgré la distance, les gens ont toujours envie de s’y rendre. Les gens du quartier Sainte-Famille ont également commencé à y magasiner. 

La clientèle étudiante a également augmenté depuis le déménagement bien que les nouveaux locaux soient plus loin du Cégep de Jonquière que les précédents. « C’est plus attractif. Les jeunes estiment que le déplacement en vaut plus la peine », croit Marc Gagnon. 

Partagez :