samedi , 26 novembre 2022

Salon des métiers d’art : un événement qui fait du bien

Au kiosque 7, on retrouve diverses sculptures de bois renfermant des tiroirs fait par l’artisan de la compagnie La boîte à bisous.

 

Après l’édition virtuelle de l’an dernier, les artisans et les organisateurs du Salon des métiers d’art du Saguenay-Lac-Saint-Jean étaient plus qu’heureux de pouvoir renouer avec le public. Installée pour la première fois au hangar de la Zone portuaire de Chicoutimi, la 41e édition de l’événement a débuté mercredi soir. 

« Je trouve ça extraordinaire. Ça prend beaucoup d’énergie à organiser, mais je suis contente de me lever le matin et de me dire qu’au moins je fais quelque chose que j’aime et que j’aide une cause qui est dans mes valeurs », affirme la coordonnatrice pour la Corporation des métiers d’art du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Vanessa Cloutier. 

Cette année encore plus que jamais, l’événement est axé sur l’achat de produits locaux, généralement fabriqués à la main par des artisans de la région. Avec Noël qui approche, le moment est idéal pour eux de participer à une exposition comme celle du Salon afin d’avoir une meilleure visibilité et de vendre plus de produits. 

Elle souligne également que le Salon des métiers d’art fait toute la différence pour certains commerçants. « C’est monsieur madame Tout-le-Monde et ils gagnent leur vie comme ça. Pour certains d’entre eux, le Salon c’est leur revenu et pour d’autres c’est une façon de bonifier un peu leurs cadeaux de Noël ou l’aide financière qu’ils peuvent apporter à leur famille. » 

À chacun son goût ! 

 C’est toute une variété de produits qui sont offerts aux consommateurs qui visitent le salon. Bijoux, vêtements, sacs, savons, chandelles et sculptures en bois, il y a là un éventail de choix qui saura charmer les visiteurs.  

On y retrouve entre autres Carl Beaumont qui fabrique des chandelles en cire d’abeille pure depuis 28 ans et participe au Salon des métiers d’art depuis plus d’une dizaine d’années. Le fondateur de la compagnie Chand’miel qui participe aux événement des métiers d’art partout à travers le Québec a avoué avoir un penchant pour celui du Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Je l’ai toujours trouvé sympathique, j’aime le contact avec les gens, ça donne un retourLe monde est tout le temps fin, c’est facile d’établir un contact avec eux. » 

L’événement se poursuit tous les jours jusqu’à dimanche de 10h à 21h la semaine et de 10h à 17h la fin de semaine. Le prix coup de cœur qui regroupe près de 200 $ en bons cadeaux sera distribué lors de la dernière journée de la 41e édition afin de clore le tout en beauté. 

À propos de Catherine Charest

Originaire de la petite ville de Carignan sur la Rive-Sud de Montréal, Catherine Charest est une jeune femme passionnée de lecture, d’écriture, de voyages et de musique depuis son plus jeune âge. Pianiste à ses heures, elle a passé son secondaire dans un collège privé qui lui fournissait un encadrement constant, ce qui l’a beaucoup aidée à être organisée et responsable. Qualités précieuses qui lui servent grandement depuis son départ du nid familial en raison de ses études. La jeune femme est d’ailleurs persuadée que c’est lorsque l’on sort de sa zone de confort que l’on grandit le plus. Celle qui s’intéressait davantage au journalisme d’enquête à son arrivée au cégep a bien vite découvert que d’autres aspects du métier l’intéressaient également, comme les faits divers, la politique, la culture et même le sport. À la fin de sa technique en journalisme, Catherine souhaite poursuivre des études universitaires avec un baccalauréat par cumul afin d'approfondir ses connaissances générales dans certains domaines qui l’intéressent comme l’histoire, la géographie ou la politique.

À voir aussi

Le soutien-gorge de sport : pas si merveilleux

COMMENTAIRE – Dès un jeune âge, même avant de voir apparaitre un quelconque volume de …