Cégep de Jonquière: le karma au cœur des échanges

281
0
Partagez :

Croyez-vous au karma et donc que les actions passées soient en mesure d’influencer votre futur? Quelques enseignant.e.s de philosophie et d’anglais se sont penchés sur la question dans le cadre de la semaine de la formation générale du Cégep de Jonquière. Ainsi, ce dernier a offert, mardi, deux activités aux élèves sous le thème du karma.

Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec le concept du karma, le site web l’internaute le définit comme un principe où chaque action de notre vie de tous les jours entraînera ensuite des conséquences positives ou négatives suivant l’action de départ. En d’autres mots, nous récoltons ce que nous semons. 

L’enseignant en philosophie, Vincent Marquis a guidé la discussion pendant près d’une heure et demie. Photo: Olivier Joly

La discussion tenue en après-midi a permis à un une dizaine de personnes d’échanger sur le karma. Pour certain.e.s, comme Léonardo Corneli, étudiant au Cégep de Jonquière, il s’agit ici d’un karma plus terre à terre. « Si tu étudie pour un examen, tu ne peux pas contrôler la correction, mais tu peux influencer ton résultat. Donc, si tu fais quelque chose de bon, tu vas avoir quelque chose de bien en retour », donne-t-il en exemple. Une étudiante d’origine africaine présente lors de la rencontre a pour sa part évoqué le karma dans son pays d’origine. Pour eux, le karma est un phénomène de société, donc que le mal d’un individu peu retomber sur un autre. Cela expliquerait donc pourquoi « une bonne personne » pourrait vivre les pires difficultés.  

Vincent Marquis, enseignant en philosophie s’est dit surpris de la participation des élèves malgré le fait qu’il ne s’agissait pas d’un cours obligatoire. De son côté, l’étudiant Léonardo Corneli souligne avoir bien apprécié l’expérience, même s’il ignorait son existence quelques minutes auparavant. 

Étudiants et enseignants ont échangé sur le karma, mardi au Cégep de Jonquière. Photo : Olivier Joly

Une journée totalement karma 

Plus tôt dans la journée, deux enseignantes en anglais ont offert des muffins ainsi que du café aux gens intéressés. Afin de rendre l’exercice plus intéressant, ceux-ci devaient s’exprimer en anglais, mais aussi, le faire le plus poliment possible afin de se faire servir de la même façon. Le but ici, initier les jeunes au principe du karma. 

Partagez :