mercredi , 17 août 2022

Sauvetage : un sport sous-estimé de la région

Le Lac-Saint-Jean est un des plus importants pôles de sauvetage sportif dans la province. Entre médaille d’or aux compétitions provinciales et participations aux championnats du monde en Australie, le club Narval se surpasse d’année en année.

équipe_junior
L’équipe junior arrivée première au Festiplage, compétiton de l’été 2021. De gauche à droite : Julia Dumont, Florence Pineau, Manuelle Nicole et Josée-Anne Lavertu. (Photo : courtoisie)

 

Le sauvetage sportif est le nom donné à la discipline mélangeant activités sportives en plage, en piscine et volet technique de sauvetage. Fondé en 2005 par l’ancien président et actuel entraîneur-chef du club, David Comeau, l’équipe de sauvetage sportif Narval possède deux succursales au Lac-Saint-Jean : une à Alma d’une trentaine de membres, et une à Saint-Félicien qui compte une cinquantaine de membres.

« Ça pourrait s’apparenter à ce que les pompiers font lors de leurs compétitions. Le sauvetage sportif, c’est une mise en scène qui demande à évaluer les différentes aptitudes du sauveteur pour démontrer ses compétences et pour que celui-ci se prépare à réaliser son travail adéquatement », explique David Comeau. Pourtant, pas besoin de diplômes ou d’expérimentation particulière avant 15 ans pour s’inscrire au club, excepté quelques capacités nécessaires en natation.

Florence Pineau a 13 ans et est une adepte du club depuis 2019. « J’ai toujours aimé ça aider les autres, et j’ai toujours aimé la natation. Je me suis inscrite et c’est après que j’ai compris que c’était le sport parfait pour moi parce que ça mélange exactement les deux choses que j’aime faire. » Actuellement, Florence suit une formation pour obtenir les diplômes de sauveteur, et aimerait s’orienter plus tard vers le métier d’ambulancière.

Résultats impressionnants

Lors des derniers championnats mondiaux interclubs d’Australie en 2018, le Narval a obtenu une médaille d’argent, une de bronze ainsi qu’une septième place. À la suite de ces résultats, deux de leurs athlètes ont été sélectionnés pour faire partie de l’équipe nationale en vue des championnats mondiaux de 2022, en Italie.

Plus récemment, les sauveteurs de la région ont participé à une compétition provinciale estivale sur plage. Une de leurs équipes a terminé quatrième et les juniors, dont Florence, ont obtenu la médaille d’or.

Leur prochaine compétition sera régionale et amicale. Elle aura lieu le 27 novembre et opposera les deux pôles du Narval (Alma et Saint-Félicien), étant le seul club de sauvetage sportif dans la région. Mais avant les championnats, ce que les athlètes et bénévoles ont le plus hâte de retrouver, c’est le contact avec les victimes, de vraies personnes, impossible depuis le début de la pandémie.

À propos de Théa Ribault

Pur produit de Bretagne, en France, Théa Ribault est arrivée au Québec immédiatement après le secondaire pour vivre une expérience d’indépendance totale. Passionnée de sport, de voyages, de littérature, et bien d’autres domaines, elle étend sa curiosité par-delà les frontières et cherche à découvrir un maximum de choses. Selon elle, « l’apprentissage est la plus grande source de richesse ». Intéressée par l’audiovisuel, son rêve demeure de travailler à la télévision, même si, pendant son cursus à l’école supérieure en Art et technologie des médias, elle a développé des compétences dans toutes les sphères de la communication et du journalisme

À voir aussi

immobilier

Marquis de Jonquière : une histoire d’équipe

« C’est vraiment pas une question d’argent ou de publicité. Selon moi, c’est une question de …