mercredi , 10 août 2022

Rio Tinto offre 250 000 $ à Patrimoine Saint-Édouard

De gauche à droite : Martin Harvey, Martin Lavoie, Stéphanie Gignac, Martin Saint-Pierre, Raynald Simard et Éric Simard. Photo : Nicolas Lacasse
De gauche à droite : Martin Harvey, Martin Lavoie, Stéphanie Gignac, Martin Saint-Pierre, Raynald Simard et Éric Simard. Photo : Nicolas Lacasse

Une contribution de 250 000 $ échelonnée sur deux ans a été versée à la campagne de financement « Sauvegardons Saint-Édouard », gracieuseté de Rio Tinto. Avec l’argent récolté, l’ex-église Saint-Édouard sera convertie en une nouvelle bibliothèque aux espaces modernes et aux normes d’excellence dans l’arrondissement de La Baie. 

Le directeur des opérations de l’usine Vaudreuil, des installations portuaires et des services ferroviaires pour Rio Tinto, Martin Lavoie, en a confirmé l’annonce, hier en conférence de presse, accompagné de la directrice des opérations des stations de Grande-Baie et de Laterrière, Stéphanie Gignac, ainsi que du président de Patrimoine Saint-Édouard, Martin Saint-Pierre, et des trois conseillers municipaux de l’arrondissement de La Baie. 

Cette nouvelle bâtisse permettra aux habitants de s’impliquer activement dans la communauté, selon Martin Lavoie. « Nous voulons qu’il y ait des infrastructures intéressantes pour les habitants, les bibliothèques sont des milieux de vie pertinents », a renchérit Martin Saint-Pierre. 

Le montant permet à la corporation Patrimoine Saint-Édouard d’atteindre 800 000 $ à son objectif fixé de 1,5 million de dollars. Rio Tinto rejoint le Mouvement Desjardins (400 000 $) parmi les grands donateurs de ce projet. Les dons du public se chiffrent à 150 000 $. 

Née d’un mouvement citoyen depuis 2016, la corporation Saint-Édouard promeut la valorisation, la sauvegarde et la restauration du bâtiment patrimonial et la revitalisation du secteur de Port-Alfred. Photo : Nicolas Lacasse
Née d’un mouvement citoyen depuis 2016, la corporation Saint-Édouard promeut la valorisation, la sauvegarde et la restauration du bâtiment patrimonial et la revitalisation du secteur de Port-Alfred. Photo : Nicolas Lacasse

Ce projet de construction pour la revitalisation du secteur et la restauration du bâtiment patrimonial requiert un investissement de 12,9 millions $, dont une somme de 6,4 millions $ investie par Ville de Saguenay. « Le gouvernement pourrait, selon des comparatifs avec des projets semblables, nous donner entre 5 à 5,4 millions $, précise le président de Patrimoine Saint-Édouard. Nous sommes toujours en attente de leur réponse. » 

Quant au président du conseil d’arrondissement de La Baie, Raynald Simard, l’impatience était ressentie pour l’arrivée de la nouvelle bibliothèque. « Ça fait 25 ans que nous attendons la bibliothèque à La Baie. Jonquière a eu la sienne, Chicoutimi aussi. C’était rendu à notre tour ! », s’est-il exclamé. 

Concernant l’échéancier du projet, M. Simard souhaiterait que des avancées soient entamées dès le premier trimestre de 2022. À ce jour, l’équipe attend de recevoir des appels d’offres pour la préparation des plans de l’établissement. 

À propos de Nicolas Lacasse

Curieux, ambitieux et empathique, Nicolas Lacasse voit grand pour son avenir. Natif de Saint-Eustache dans les Laurentides, il a décidé de traverser la 40 et la réserve faunique des Laurentides pour venir s’établir dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean afin d’y réaliser son rêve de jeunesse : devenir journaliste sportif. Finissant de l’école secondaire Liberté-Jeunesse à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, c’est après un stage d’une journée à RDS que lui ait venu l’idée d’étudier au Cégep de Jonquière. Par ailleurs, depuis son arrivée à Saguenay, il a la chance de coanimer deux émissions de radio pour la station CKAJ-FM 92,5, soit Les coulisses du rap et Au top du pop. Le sportif tient fortement à découvrir de nouveaux aspects de la vie, car il a tant à apprendre dans ce monde. Tout au long de son parcours scolaire en Art et technologie des médias (ATM), différentes sphères du milieu journalistique se sont ajoutées à ses champs d’intérêt. C’est pour cela qu’il est ouvert à tout ce qui se présentera à lui.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …