Favoriser l’accès aux productions culturelles

Les intervenants du milieu culturel espèrent que dans les prochaines années, les citoyens auront un meilleur accès à ce domaine et que les artistes pourront compter sur un plus grand soutien à la création.

Marie-Élaine Riou ainsi que Claudine Bourdages espèrent par-dessus tout que les artistes pourront compter sur un plus grand soutien à la création. (Photo: courtoisie)

Pour la directrice générale du festival REGARD, Marie-Élaine Riou, d’ici 2041, il faudrait mettre en place plusieurs espaces gratuits dédiés à l’art pour démocratiser la culture. « Beaucoup de gens ne s’y intéressent même pas. On doit la rendre accessible à tous dans des endroits attrayants et diversifiés pour changer tout ça. »

De son côté, la directrice de la programmation chez Diffusion Saguenay et chanteuse, Claudine Bourdages croit qu’il faudrait plus de lieux de diffusion et de production accessibles à des artistes de différents niveaux. « C’est plus dur pour les artistes émergents de vivre en région car il n’y a pas suffisamment de salles qui leur permettent de se produire ici. Dans un monde idéal, en 2041, il y aura assez de lieux pour eux et ça permettra à la population d’en avoir pour tous les goûts. »

Décentraliser la culture

Les deux s’entendent pour dire que le soutien à la création pour les artistes est un élément primordial pour la pérennité de la culture. « J’espère que plus d’artistes décideront de venir vivre au Saguenay. Ce n’est pas vrai que pour être un artiste il faut automatiquement aller vivre dans les grandes villes », affirme la chanteuse qui a décidé de vivre en région.

Pour elles, il est important que les élus soutiennent les acteurs du monde de la culture, tant dans la diffusion de spectacles que par le financement de leurs projets. La directrice générale de REGARD ajoute qu’il faudrait non seulement un soutien financier pour les organisations, mais également pour les artistes indépendants afin de les inciter à venir vivre de leur art en région.

Actuellement, selon un guide distribué aux élus et conçu par l’organisme Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean, Saguenay est la quatrième ville en matière d’investissements en services rendus dans le domaine de la culture au Québec. Les deux femmes estiment donc qu’avec ces investissements, la Ville de Saguenay sera un acteur encore plus important dans le domaine en 2041.

À propos de Charlotte Bergeron

Spontanée, curieuse et dynamique sont les qualificatifs que les gens emploient pour décrire la jeune Saguenéenne de 19 ans. Depuis son plus jeune âge, Charlotte accompagne sa maman dans de multiples événements promotionnels et de presse. Elle sait dès lors qu’elle veut y laisser sa trace. Au cours de ses études, son fort intérêt pour le chant lui permet d’enchaîner les prestations sur scène et de côtoyer de près le milieu artistique. Cette passion lui permet de devenir une grande amoureuse des mots. Elle est également pourvue d’un intérêt marqué pour l’actualité et la politique. En 2019, son sens de l’initiative lui permet de décrocher un stage en gestion des médias sociaux pour le Festival en chanson de Petite-Vallée. L’été 2021 aura été pour elle une occasion de parfaire ses compétences en œuvrant comme coordonnatrice des communications pour le Festival de la chanson de Saint-Ambroise. Son parcours lui dessine un avenir vers les communications, les relations de public et les relations de presse.

À voir aussi

Forte victoire pour Andrée Laforest dans Chicoutimi

C’est entouré de sa famille qu’Andrée Laforest a gagné avec une très forte majorité la …