Gérer l’ingérable : s’outiller pour les imprévus

Créer un environnement résiliant autour de soi, se trouver un ancrage et développer sa capacité d’adaptation, voici quelques conseils partagés par le Dr Amir Georges Sabongui mercredi soir lors de la conférence Gérer l’ingérable. L’événement était organisé dans le cadre de la 32e Semaine de la prévention du suicide.  

C’était la deuxième édition de la conférence organisée dans le cadre de la Semaine de prévention du suicide.

« Chaque défi exige une meilleure version de nous […] Quand on trébuche dans la vie, on ne rebondit pas aux anciens niveaux où on était juste avant. Non seulement, on ne s’effondre pas, mais on rebondit en version améliorée », a affirmé le Dr Amir Georges Sabongui en direct du Pérou. La séance de 1h30 organisée par le Centre de prévention du suicide 02 portait sur comment faire face à l’adversité et faire preuve de résilience.  

 « Un SNAFU c’est un acronyme militaire qui veut dire situation normal all fuck up. […] ce n’est pas anormal le genre de situation où rien de fonctionne, c’est même la norme. Ce qui est miraculeux, c’est quand les choses fonctionnent. Donc, quand on a des SNAFU, c’est normal », explique le psychologue et ancien officier supérieur de la Marine.  

Des nouvelles initiatives  

Le Centre de prévention du suicide a profité de l’occasion pour dévoiler en primeur son tout nouveau site web. Cette initiative s’ajoute à plusieurs autres comme des défis via la plateforme Facebook, ainsi que davantage de ressources en ligne, afin de sensibiliser la population.  

 

À propos de Charlotte Bergeron

Spontanée, curieuse et dynamique sont les qualificatifs que les gens emploient pour décrire la jeune Saguenéenne de 19 ans. Depuis son plus jeune âge, Charlotte accompagne sa maman dans de multiples événements promotionnels et de presse. Elle sait dès lors qu’elle veut y laisser sa trace. Au cours de ses études, son fort intérêt pour le chant lui permet d’enchaîner les prestations sur scène et de côtoyer de près le milieu artistique. Cette passion lui permet de devenir une grande amoureuse des mots. Elle est également pourvue d’un intérêt marqué pour l’actualité et la politique. En 2019, son sens de l’initiative lui permet de décrocher un stage en gestion des médias sociaux pour le Festival en chanson de Petite-Vallée. L’été 2021 aura été pour elle une occasion de parfaire ses compétences en œuvrant comme coordonnatrice des communications pour le Festival de la chanson de Saint-Ambroise. Son parcours lui dessine un avenir vers les communications, les relations de public et les relations de presse.

À voir aussi

Forte victoire pour Andrée Laforest dans Chicoutimi

C’est entouré de sa famille qu’Andrée Laforest a gagné avec une très forte majorité la …