Expo-sciences : un jeune Saguenéen s’intéresse au bonheur des ados

À seulement 12 ans, Théodore s’est lancé dans un projet scientifique très complet.

« Je me suis aperçu qu’il y avait des élèves qui étaient heureux et d’autres qui paraissaient aller moins bien. » C’est en faisant ce constat à son entrée en première secondaire au Séminaire de Chicoutimi que Théodore Tremblay a eu l’idée de se pencher sur ce qui fait le bonheur des adolescents.

Il a donc fait de ce questionnement le cœur de son projet Expo-sciences, un concours scientifique national auquel il participe dans le cadre de l’école.

« C’est un projet qui lui tenait à cœur. Il voulait absolument le faire car son grand frère l’avait fait avant lui, à deux reprises », raconte la mère du jeune garçon, Emmanuelle Doucet. « Il se serait lancé tout seul si ça ne lui avait pas été proposé par son professeur. »

Théodore, qui s’est fortement investi dans son travail, a déjà passé la finale locale, où il devait présenter un protocole de recherche. Il se prépare à présent pour la finale régionale, prévue en mars, à l’occasion de laquelle il devra présenter des résultats.

« Pour l’instant j’ai découvert que le niveau de bonheur était influencé par le lien avec la famille, les amis, l’école, le niveau d’argent, la perception de sa santé… », détaille le jeune garçon. Et s’il a déjà beaucoup appris via la lecture d’articles scientifiques, il va pousser les recherches plus loin. Il va ainsi mener une expérimentation ambitieuse et recueillir les témoignages de pas moins de 70 élèves de toutes les écoles du Saguenay. « Je voudrais avoir un minimum de 10 élèves pour représenter chaque école », précise-t-il.

Un premier projet d’envergure

« Même s’il a déjà pratiqué des activités en dehors de l’école, c’est son premier projet d’envergure, raconte Emmanuelle Doucet. En ce moment, c’est un peu difficile, c’est un moment crucial où il n’y a pas encore de résultats, mais il reste motivé. »

Théodore travaille à la hauteur de ses ambitions et ses parents l’accompagnent dans son projet. « Je trouve ça vraiment intéressant de le voir cheminer là-dedans, surtout que ça fait écho à mes études car j’étudie pour être infirmière en santé mentale », relève sa mère.

Le jeune garçon espère bien sûr se rendre le plus loin possible dans le concours mais a surtout hâte de partager ses résultats. « Je voudrais permettre à tout le monde de savoir ce qui pourrait aider les ados à être plus heureux. »

À propos de Coline Cornuot

Amoureuse des mots et des rencontres, Coline s’est lancée dans le journalisme sur un coup de tête il y a deux ans. Après une formation à l’IUT de Vichy (France), elle a traversé l'Atlantique pour venir étudier à Jonquière. Elle espère ainsi se plonger dans la culture québécoise et découvrir une nouvelle manière de pratiquer le journalisme. Engagée voire utopiste, Coline veut devenir journaliste pour donner la parole à ceux qui ne l’ont pas. En France, elle a pu faire ses armes au sein du réseau Radio France et du quotidien L'Est éclair. Elle est d’un naturel discret mais déterminé et se passionne pour tout un tas de choses, des sujets de société à l’aviron, en passant par la culture sous toutes ses formes. Une liste interminable de centres d’intérêts qui ne l’enferme pas dans un plan de carrière précis. Mais avec sa soif d’apprentissage et son goût du voyage, elle rêve d’être correspondante à l’étranger.

À voir aussi

Forte victoire pour Andrée Laforest dans Chicoutimi

C’est entouré de sa famille qu’Andrée Laforest a gagné avec une très forte majorité la …