samedi , 26 novembre 2022

Gala des Dubuc : un nombre record de candidatures

L’événement était animé par le coordonnateur aux événements à la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, Claude Boutin, et la vice-présidente exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce, Sandra Rossignol.
Photo : Catherine Charest

 

La Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord a procédé au dévoilement des finalistes de la 18e édition du Gala des Dubuc, qui a connu un nombre record d’inscriptions. Les trois entreprises finalistes dans chacune des neuf catégories de l’événement, qui aura lieu le 5 mai 2022, ont été dévoilées en direct sur le Web mardi soir. 

Il s’agit d’une année record pour le Gala des Dubuc. En effet, ce sont 84 entreprises qui ont posé leur candidature afin d’avoir une chance d’obtenir un prix à la soirée, soit près du double de l’an passé. La mairesse de Saguenay Julie Dufour a d’ailleurs exprimé sa fierté quant aux entreprises de la région et au nombre record d’inscriptions au gala. « Une chose est certaine, tout le monde a travaillé très fort pour faire face aux défis des deux dernières années et nos entrepreneurs veulent faire connaître ce travail et partager leur fierté. » 

Ce sont 27 entreprises qui se sont vu passer à la ronde finale d’une ou de deux des neuf catégories du Gala des Dubuc. Le Village-Vacances Petit-Saguenay, le Groupe Canmec et le Groupe Alfred Boivin sont les seules entreprises à avoir été nommées finalistes dans deux catégories.  

Pour la troisième année consécutive, c’est Me Jean-Pierre Lévesque qui a présidé le comité du jury tandis que l’identité des autres membres sera dévoilée le soir du gala. « On a eu évidemment beaucoup de plaisir à vous lire, à vous redécouvrir comme entreprise de chez nous, souligne celui-ci. Vous étiez tous inspirants et engagés vis-à-vis vos employés et la qualité du service ou des produits que vous voulez offrir à la clientèle et c’est tout à votre honneur. »  

Parmi les entreprises qui remporteront un Dubuc le soir du gala, l’une d’elle sera couronnée « entreprise de l’année ». L’an dernier, c’est le Groupe Alfred Boivin qui est reparti avec les grands honneurs. Le co-propriétaire et vice-président des opérations et directeur général de la compagnie, Stéphane Boivin, a souligné à quel point ses collègues et lui étaient reconnaissants d’avoir obtenu ce prix. « Quand on vient travailler tous les matins, on ne le fait pas pour gagner des trophées, mais quand ça arrive c’est une belle reconnaissance de la part de nos pairs. Ça a été une belle tape dans le dos pour nos 400 collègues de travail. » 

Afin de souligner l’importance du développement durable, la Société d’aide au développement des collectivités (SADC) offrira deux diagnostics de développement durable parmi toutes les entreprises ayant déposé leur candidature. Les compagnies intéressées doivent signaler leur intérêt pour ce prix d’ici au 1er avril, afin d’y être éligible. 

Il est également possible pour le public de se procurer des billets pour assister à la soirée et il faudra faire vite puisque les places sont limitées.
 

À propos de Catherine Charest

Originaire de la petite ville de Carignan sur la Rive-Sud de Montréal, Catherine Charest est une jeune femme passionnée de lecture, d’écriture, de voyages et de musique depuis son plus jeune âge. Pianiste à ses heures, elle a passé son secondaire dans un collège privé qui lui fournissait un encadrement constant, ce qui l’a beaucoup aidée à être organisée et responsable. Qualités précieuses qui lui servent grandement depuis son départ du nid familial en raison de ses études. La jeune femme est d’ailleurs persuadée que c’est lorsque l’on sort de sa zone de confort que l’on grandit le plus. Celle qui s’intéressait davantage au journalisme d’enquête à son arrivée au cégep a bien vite découvert que d’autres aspects du métier l’intéressaient également, comme les faits divers, la politique, la culture et même le sport. À la fin de sa technique en journalisme, Catherine souhaite poursuivre des études universitaires avec un baccalauréat par cumul afin d'approfondir ses connaissances générales dans certains domaines qui l’intéressent comme l’histoire, la géographie ou la politique.

À voir aussi

Violences faites aux femmes : des étudiants se mobilisent

 À la veille de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des …