La confidentialité sujette à caution

Selon la juge Catherine La Rosa, la préservation de la confidentialité est un enjeu majeur. (Photo : courtoisie)

Plus que tout autre lieu, la salle d’audience est un monde à part. En procès, le témoin se trouve face au juge. Mais le virtuel, en plus d’instaurer une distance physique, coupe le lien entre les deux parties. Difficile alors d’assurer la confidentialité et l’intégrité des débats.  

« Avec le virtuel, la confidentialité est le plus gros enjeu », évalue le juge coordonnateur du district de Chicoutimi, Martin Dallaire. Dans la salle d’audience, rien de plus simple que de s’assurer que le témoin n’est pas influencé. À travers un écran, c’est une autre histoire. « Quelqu’un peut lui dicter ce qu’il veut, on doit se fier à la bonne foi des gens. » 

De la même manière, les juges ont plus de difficultés à maîtriser ce qui sort de la salle d’audience. Si le site du gouvernement du Québec rappelle que les personnes accédant aux audiences virtuelles sont tenues de respecter les règles en vigueur en matière d’interdiction de captation d’images et de sons au sein des tribunaux, les juges peuvent là encore s’appuyer uniquement sur l’intégrité des participants.  

À propos de Coline Cornuot

Amoureuse des mots et des rencontres, Coline s’est lancée dans le journalisme sur un coup de tête il y a deux ans. Après une formation à l’IUT de Vichy (France), elle a traversé l'Atlantique pour venir étudier à Jonquière. Elle espère ainsi se plonger dans la culture québécoise et découvrir une nouvelle manière de pratiquer le journalisme. Engagée voire utopiste, Coline veut devenir journaliste pour donner la parole à ceux qui ne l’ont pas. En France, elle a pu faire ses armes au sein du réseau Radio France et du quotidien L'Est éclair. Elle est d’un naturel discret mais déterminé et se passionne pour tout un tas de choses, des sujets de société à l’aviron, en passant par la culture sous toutes ses formes. Une liste interminable de centres d’intérêts qui ne l’enferme pas dans un plan de carrière précis. Mais avec sa soif d’apprentissage et son goût du voyage, elle rêve d’être correspondante à l’étranger.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …